Le dialogue interreligieux au centre d'une réunion à la Mosquée de Paris

8:12 - September 26, 2022
Code de l'info: 3482144
Téhéran(IQNA)-Élus de gauche ou de droite, membres de différentes communautés religieuses, d’associations : plus de 500 personnes ont pris part à cet évènement prônant le partage et le dialogue interreligieux.

La liste de noms s’étend sur plusieurs pages imprimées. Plus de 500 au total. Tous ont répondu à l’invitation d’Abdelkader Achebouche à partager le « couscous du vivre-ensemble » ce samedi midi au sein de la grande mosquée d’Argenteuil qu’il préside. « Lors de la première édition en 2011, nous étions une centaine, peut-être 140, se souvient-il. Cela prend de l’ampleur au fil des ans. »

L’hôte du jour est ravi de pouvoir enfin réitérer cet évènement prônant le partage et la rencontre après deux ans de pandémie. « Cette question du vivre-ensemble est plus que jamais importante dans notre société trop marquée par des conflits, l’intolérance et le rejet de l’autre », estime cette figure du dialogue interreligieux.

Dans son discours, Abdelkader Achebouche a invité « à constituer davantage de carrefours de rencontres pour que chaque culture apprenne à mieux se connaître pour mieux se respecter ». Ce repas s’en veut un exemple symbolique avec, mélangés autour des tables, des représentants de différentes communautés religieuses, des associatifs, des fidèles de divers horizons et de nombreux élus locaux.

«Un bel exemple de partage», salue le préfet du Val-d’Oise

Parmi eux, le maire d’Argenteuil Georges Mothron (LR) ou celui de Cergy Jean-Paul Jeandon (PS). « C’est une belle initiative qu’il est important de soutenir, saluent Te Sackda et Vi Souidaray, représentantes de la pagode bouddhiste de Saint-Leu-la-Forêt. En plus, c’est pour nous l’occasion de visiter la mosquée qui est très belle. »

Dominik Salm et Roger Touati, respectivement curé doyen d’Argenteuil et créateur de la synagogue de la ville sont, eux, des habitués du lieu. « On se rencontre régulièrement, précise le prêtre. Nous organisons tous ensemble les portes ouvertes des lieux de culte de la commune. » « Je viens à chaque fois qu’on m’invite, c’est-à-dire souvent, assure en écho représentant de la communauté juive. Nous avons de très bons rapports avec les musulmans. »

« C’est un bel exemple de partage qui illustre le principe de laïcité dans notre pays qui ne dit pas du tout d’ignorer les religions », souligne le préfet du Val-d’Oise, Philippe Court. Et de citer Aristide Briand sur la loi de 1905 de séparation de l’Église et de l’État : « La loi doit protéger la foi aussi longtemps que la foi ne prétendra pas dire la loi. »
Le Parisien

Prénom:
Email:
* Commentaire:
captcha