Les tribus saoudiennes : Une menace pour le trône de Mohammed bin Salman

13:22 - September 28, 2022
Code de l'info: 3482173
Téhéran(IQNA)-Une étude internationale montre que la crise de confiance entre le régime saoudien et les principales tribus du pays, pourrait conduire à une rébellion qui menacerait la dynastie des Al Saoud.

Dans cette étude publiée par le centre d'étude américain "Geopolitical Futures", il est indiqué que de nombreuses tribus saoudiennes dont "Al-Maliki", "Al-Dawasar" et "Al-Shammari", se sentent marginalisées et accusent Al Saoud de voler et de contrôler 60% des terres et 30% des gros revenus pétroliers. Le gouvernement saoudien promeut une identité nationale qui transcende les tribus, et cela fait partie du projet de transformation nationale 2030, mais l'abolition de l'identité tribale pourrait conduire à des réformes politiques susceptibles de mettre en danger le règne d'Al Saoud.

Selon cette étude, depuis 2005, des tribus éminentes réclament un rôle dans la société et la politique saoudiennes, et la révolution des communications leur a permis d'exprimer leurs opinions et leurs intérêts via les réseaux sociaux Twitter et Facebook, et les conversations en ligne.

L'étude note qu'en avril 2022, le prince héritier Mohammed ben Salman avait déclaré au magazine américain « The Atlantic » que son pays comptait 14 millions d’habitants alors que les statistiques officielles indiquent une population d'environ 34 millions de personnes, ce qui signifie qu’un grand nombre de tribus saoudiennes sont économiquement et socialement marginalisées.

Le compte Twitter « Al-Ahed Al-Jadeed » a publié un rapport de sécurité confidentiel soumis à la cour royale saoudienne, qui indique que la menace des Frères musulmans et des groupes islamiques à l'intérieur du royaume, a pris fin, et que toutes les mosquées sont aux mains de l'appareil d’état.

Muhammad bin Salman, contrairement aux princes précédents au cours des dernières décennies, n'a pas donné de position réelle ou symbolique aux cheikhs des tribus, à la cour royale.

L’émir de la tribu Otaiba, Sheikh Faisal bin Hamid, a été assassiné pour avoir critiqué l'organisation de divertissement saoudienne, qui cherche à répandre la corruption et l'immoralité parmi les jeunes. Un des cheikhs de la tribu Ajman, le cheikh Khalid bin Hathlin, a été arrêté pour avoir répondu à une ode d'un poète qatari. Un des cheikhs de la tribu Matir, Saud al-Dawish, a été accusé de corruption financière et d'implication dans des affaires de détournement de fonds. Des menaces de mort ont été faites à un des cheikhs de la tribu Otaiba nommé Sheikh Abdul Rahman bin Hamid, en raison de sa demande au régime d'Al Saoud de libérer son frère, détenu en prison.

Actuellement, les tribus vivent une confrontation quotidienne avec le régime saoudien qui cherche à réaliser les projets imaginaires de Bin Salman.

Pendant des années, le régime saoudien a ignoré les demandes répétées des tribus marginalisées du royaume, qui se comptent par dizaines de milliers, et ne se soucie pas de l'injustice à laquelle elles sont confrontées.

Les célèbres tribus de Qahtan, Hamdan, Bani Khalid et Anza espèrent toujours obtenir leurs droits dans ce royaume, et poursuivent leurs demandes à travers des médias de défense des droits de l'homme, demandes confrontées à une totale indifférence du régime saoudien.

4087950

Prénom:
Email:
* Commentaire:
captcha