Les musulmans serbes en ont assez de souffrir de discrimination et d'isolement

7:28 - October 06, 2022
Code de l'info: 3482256
Téhéran(IQNA)-La minorité musulmane de Serbie, pays d'Europe du Sud-Est, qui souffre depuis des décennies, de discrimination et d'isolement, demande aux institutions et aux pays islamiques de prêter attention à sa situation.

Les musulmans ne représentent actuellement qu'environ 3,1 % de la population totale (entre 200 000 et 400 000), contre 85 % pour les chrétiens orthodoxes et 5 % pour les catholiques et les autres minorités protestantes et juives.

On estime qu'il y a actuellement entre 20 000 et 50 000 musulmans vivant à Belgrade, la capitale de la Serbie, et certains pensent que ce nombre est beaucoup plus élevé.

Les musulmans de Serbie sont composés de deux nationalités principales : les Bosniaques, qui représentent 70 % de tous les musulmans du pays, suivis par les Albanais (25 %), les Roms et d’autres ethnies, environ 5 %.

Khairuddin Palic, ancien responsable des médias de la région musulmane de Serbie, souligne qu'il y a des serbes qui se convertissent à l'islam chaque année, mais pas en grand nombre comme dans d'autres pays européens. La plupart de ces personnes migrent vers les zones à majorité musulmane ou cachent leur islam, principalement ceux qui résident à Belgrade.

La ville de Novi Pazar à Sanjak, a une atmosphère complètement différente des autres villes de Serbie. Dans un pays qui prétend adhérer au christianisme orthodoxe, cette ville à majorité musulmane est un lieu culturellement distinct où l'appel à la prière peut être clairement entendu, des hommes vertueux peuvent être vus ainsi que des filles et des femmes voilées, et les restaurants ne servent pas d'alcool.

Cependant Novi Pazar et toute la région du Sandjak comptent parmi les régions les plus pauvres du pays. Cette ville n'a ni aéroport ni gare, elle a des routes défoncées et est entourée de montagnes, et il est difficile d'y voir des effets de progrès économique et de développement.

اقامه نماز مسلمانان صربستان

Selon l'Institut statistique de Serbie, le taux de pauvreté dans la région est de 50% ce qui en fait la région la plus défavorisée de Serbie, alors que la région était autrefois un centre important d'industries textiles qui employaient des milliers de travailleurs. Certaines sources indiquent qu'en raison du chômage généralisé, dans le sud-ouest de la Serbie, un certain nombre de jeunes sont partis dans l'intention de rejoindre l'EI en Syrie et en Irak, où certains ont été tués. Les autres sont revenus sous le contrôle étroit des services de renseignement serbes.

En plus de la situation économique désastreuse dans les régions musulmanes de Serbie, selon Mofid Dudić, mufti de la communauté musulmane locale, les musulmans serbes sont victimes de doubles standards. À Novi Pazar, par exemple, les Serbes représentent 80 % des forces de police, alors que 80 % de la population de la ville est musulmane,  et tous les emplois importants dans les divers secteurs politiques, économiques et éducatifs, sont occupés par des Serbes. Le nombre de musulmans ayant fait des études supérieures ou universitaires en Serbie, est très faible. Les directeurs d'école dans ces zones à majorité musulmane, sont obligés de placer des images de Saint Sava, le fondateur de l'Église orthodoxe serbe, dans toutes les salles de classe, y compris celles où les étudiants sont tous musulmans.

D'autre part, il y a une tendance en Serbie, à légitimer l'attaque contre les musulmans bosniaques en Bosnie-Herzégovine, dans la période entre 1992-1995, et le génocide qui l'a accompagnée qui était le pire génocide qu’ait connu l’Europe après la guerre mondiale. Les deux chefs militaires responsables de ces crimes, Radovan Karadzic et Ratko Mladic, sont présentés comme des héros nationaux et considérés comme des modèles pour tous les Serbes, dans leurs relations avec les musulmans bosniaques et albanais.

مسجد سوزانده شده در صربستان

Les autorités évitent également de punir les individus et les associations qui promeuvent la haine et l'hostilité contre les musulmans et l'islam, allant même jusqu'à autoriser les municipalités locales, à donner les noms des criminels de guerre, Karadzic et Mladic, aux rues de nombreuses villes serbes.

A Belgrade, la capitale de la Serbie, une seule mosquée a été épargnée de la destruction, la mosquée Bajrakli qui date de 1575, et une mosquée dans la ville de Niš, a également été incendiée lors de manifestations anti-islamiques ces dernières années. Dans la région de Raška et la vallée de Prešovka, un grand nombre de mosquées ont été détruites.

اداره مفتیان مسلمانان صربستان

Selon Fred Mohic, expert des Balkans, dans une période relativement courte, la communauté musulmane de Serbie a construit 180 mosquées dans les régions de Sanjak (120 mosquées) et Priševsko Dolina (60 mosquées), et le nombre de mosquées construites est en augmentation.

Mustafa Yusuf Spahic, Grand Mufti des musulmans de Serbie, a déclaré : « Les musulmans de Belgrade demandent depuis des décennies l'autorisation de construire des mosquées, mais toutes ces demandes sont mises dans les tiroirs et n'atteignent même pas le stade de la qualification pour envoi de documents. Selon les musulmans de Serbie, ceci est un des dizaines de signes du non-respect par le gouvernement, des droits des minorités ».

اقلیت مسلمان صربستان در حال اقامه نماز

Khairuddin Palić, ancien responsable musulman de Serbie, a déclaré : « Aujourd’hui le plus grand souhait des musulmans serbes est de jouir d'une autonomie relative dans leurs régions, en particulier dans la région à majorité musulmane du Sanjak, sans avoir aucune intention ou ambition séparatiste, ni la volonté de créer des gouvernements indépendants. Les musulmans de ce pays n'ont aucune intention de se séparer de la Serbie ou de former leur propre pays, et franchement, cela n'est pas possible car malheureusement, le monde islamique ne se tourne vers les zones peuplées de musulmans qu'en cas de guerre et de crise. Aucun pays arabe n'a tenté de communiquer avec les musulmans de Serbie, et malgré les efforts des personnalités islamiques de Serbie pour établir des relations avec les institutions islamiques du monde arabe, ils n'ont jamais reçu de réponse favorable ».

4089132

Prénom:
Email:
* Commentaire:
captcha