Un avocat musulman appelle à ne pas faire amalgame entre musulmans et terroristes

9:57 - December 05, 2022
Code de l'info: 3482883
Téhéran(IQNA)-Nabil Boudi, avocat représentant de parties civiles de confession musulmane dans le procès de l'attentat de Nice, déplore les amalgames entre islam et terrorisme et appelle au respect de l'égalité devant la loi et de la liberté de conscience. 

Alors que le procès de l'attentat de Nice est toujours en cours, Nabil Boudi, avocat représentant de parties civiles de confession musulmane, revient sur les préjugés liant la religion musulmane à la violence et appelle à cesser les amalgames entre les Français de confession musulmane et les terroristes. Voici sa tribune : « En matière de terrorisme, de quoi la religion musulmane est-elle le nom ? Pour dire les choses autrement et de façon plus frontale, l’islam appelle-t-il à la violence ? Car Lahouaiej Bouhlel [ auteur de l'attentat de Nice du 14 juillet 2016 ] a tué au nom de l’islam. Et c’est là tout le drame, voir des fanatiques agir au nom d’une religion en la dévoyant. Pour répondre à cette problématique il faut partir de la source, d’un texte, le Coran 1ere source juridique de droit divin chez les musulmans, et c’est dans ce verset que se trouve l’essentiel du message « celui qui tue un innocent est semblable à celui qui a tué toute l’humanité.» 

Le 14 juillet 2016, sur la Promenade des Anglais, Lahouaiej Bouhlel a tué 86 fois l’humanité, humanité réunie dans toute sa diversité et dans toute son innocence car comment ne pas penser aux enfants venus se rassembler autour des feux d’artifice ? L’histoire récente nous a appris une chose, qui semble se répéter aujourd’hui, les États et les organisations terroristes trouvent toujours un prétexte pour commettre des actions violentes. Durant la Seconde Guerre mondiale, 50 millions de morts provoqué par des Allemands qui agissaient au nom d’une prétendue pureté de la race, les purges staliniennes au nom du bien commun, les khmers rouges, nettoyages ethniques, génocides crimes de guerre : le véritable motif justifiant le passage à la violence n’est jamais avoué. 

Ce sont toujours des causes nobles qui sont instrumentalisées par les semeurs de terreur. Et l’islam n’échappe pas à cette logique, des gens salissent cette religion en prétendant agir en son nom. Les terroristes instrumentalisent la religion musulmane mais vont encore plus loin, ils la trahissent. Un tiers des victimes de cet attentat sur la Promenade des Anglais était de confession musulmane, l’assaillant étant niçois, il savait pertinemment qu’il ferait des victimes parmi ses coreligionnaires.

Se tromper de cible 
Arrêtons de nous tromper de cible, ne faisons plus d’amalgame entre les Français de confession musulmane et les terroristes. Arrêtons de faire peser sur eux une présomption de culpabilité à chaque fois qu’un attentat est commis au nom de l’islam, arrêtons de demander à Hanane Charrihi si elle est solidaire de l’assaillant qui a tué sa mère.

Rappelons plutôt qu’en France la liberté religieuse est un héritage de la révolution, qu’elle est garantie par nos textes les plus fondamentaux. Que les musulmans n’ont pas à raser les murs et à être discrets quand un fou furieux massacre des innocents.

L’un de mes confrères a récemment plaidé dans un dossier terroriste en faveur de l’islam des lumières , moi je plaide ici pour l’égalité devant la loi pour tous les citoyens et pour la liberté de conscience. Car c’est en période de crise que l’État doit répondre en rappelant notre attachement aux principes fondateurs.»

Le Journal du Dimanche

Prénom:
Email:
* Commentaire:
captcha