10:08 - April 10, 2019
Code de l'info: 3469158
Le ministère irakien des Affaires étrangères et les groupes de résistance irakiens, les groupes de résistance du Yémen et l'Agence de presse officielle chinoise ont réagi à la décision de Trump de mettre le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) sur la liste des groupes terroristes.
Selon l'agence de presse Al-Manar, les membres d'Al-Qa'ul Mushtrak à Sanaa, capitale du Yémen, ont condamné cette décision du gouvernement américain « qui est à l’origine de la création des groupes d’Al Qaida et de Daesh, et le premier terroriste dans le monde ». 
 
Soulignant que cette action des États-Unis a pour objectif d’attiser les conflits dans la région, le parti yéménite a déclaré que les États-Unis étaient responsables des conséquences de cette décision dans les pays arabes et islamiques, et dans le monde, ajoutant que malheureusement, certains gouvernements arabes mercenaires se félicitaient de cette initiative ainsi que le régime sioniste.
 
L’agence de presse officielle chinoise (Shinawa) a également condamné la décision de Trump d’inscrire le Corps des gardiens de la révolution islamique sur la liste des groupes terroristes, ajoutant que cette décision risque d’aggraver la situation dans la région. 
 
Le ministre irakien des Affaires étrangères, Mohammed Ali al-Hakim, a répondu lundi à cette action hostile des États-Unis contre le Corps des gardiens de la révolution, et déclaré que son pays n'accepterait pas les sanctions imposées par les États-Unis à l'Iran.
 
Selon Al-Maidan, Jaafar al-Husseini, porte-parole de l'armée irakienne, a également déclaré que la résistance irakienne était aux côtés des Gardiens de la révolution.
 
Seyed Hashem al-Mousavi, porte-parole du Mouvement islamique irakien, a souligné que l'inclusion du Corps des Gardiens de la révolution dans la liste américaine, n'aura aucun effet sur les groupes de résistance islamique en Irak, et les forces révolutionnaires.
 
Dans une déclaration publiée par le ministère irakien du renseignement (ISARN), il a ajouté : « Cette décision fait partie de la politique hostile des Etats-Unis contre l'Iran, qui s'est déjà manifestée par des sanctions à l’égard des groupes révolutionnaires ».
 
L'agence de presse Sputnik a rapporté que le Bahreïn avait été le premier pays arabe à se féliciter de la décision de Trump.
 
Le ministère bahreïni des affaires étrangères a accueilli avec plaisir cette décision de Trump et prétendu que l'Iran était non seulement un partisan du terrorisme, mais que le CGRI participait activement au financement et à la promotion du terrorisme.
 
Il a affirmé, sans mentionner la lutte des Gardiens de la révolution contre les terroristes armés dans certaines régions du Moyen-Orient, que c'était la première fois que les États-Unis plaçaient un organisme gouvernemental sur la liste des organisations terroristes (FTO) et que la politique iranienne était fondamentalement différente de la politique des autres pays.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: