7:06 - September 22, 2019
Code de l'info: 3470649
Sous le ciel radieux de l’Australie multicolore, l’inquiétude qui avait envahi un père de famille de confession musulmane, à la perspective de voir sa fille poursuivre sa scolarité dans un collège baptiste, a littéralement fondu comme neige au soleil… du multiculturalisme.
Fraîchement débarqué de son Singapour natal à Harrisdale, dans la banlieue de Perth, Syahrom Rahmad, après s’être réjoui de l’admission de son enfant dans un établissement chrétien de renom, réputé pour transmettre de belles valeurs à ses élèves, a soudainement craint le pire à l’approche de la rentrée.
 
Contrastant avec la joie de sa fille Sumaiyah, qui était impatiente de découvrir son nouvel univers scolaire, ce papa, devenu de plus en plus anxieux au fil des jours, était tourmenté par une question : quel accueil allait être réservé à la première collégienne voilée du Carey Baptist College ?
 
« Lorsque Sumaiyah a été admise au sein du collège baptiste local, nous avons appris qu’elle était la première élève en hijab de l’école. Ma femme et moi avons été agréablement surpris par la tolérance dont faisait preuve la direction de l’établissement qui, à aucun moment, je tiens à le dire, n’a exigé que ma fille retire son voile », a expliqué Syahrom Rahmad à la presse locale.
 
Bien que mis en confiance, celui-ci s’est laissé gagner par la peur que sa fille soit rejetée par ses camarades de classe, victime de moqueries ou d’insultes à caractère raciste, et qu’elle en souffre. Mais il avait juste oublié un détail : il a jeté l’ancre en Australie, dans l’îlot de la diversité aux reflets chatoyants, qui ne sont pas encore ternis par le fléau de l’islamophobie…
 
Sur proposition du proviseur du Carey Baptist College, le code vestimentaire de l’école a été rapidement modifié afin de faciliter l’intégration, au sein de son établissement confessionnel chrétien, de la première élève musulmane coiffée d’un hijab. Une élève, dont l’uniforme scolaire sera plus long et ample que de coutume. Cette proposition a été adoptée à l’unanimité par l’équipe éducative, et accueillie sans la moindre objection par les autres parents d’élèves.
 
« Grâce à cet amendement, des leggings noirs, des hauts blancs à manches longues et un hijab blanc ou noir seront désormais inclus dans l’uniforme de l’école », ont souligné les parents très reconnaissants de Sumaiyah.
 
Hier, miné par l’angoisse, c’est un papa serein qui a accompagné sa fille à l’école, le premier jour de la rentrée. Syahrom Rahmad tenait absolument à remercier de vive voix le directeur si compréhensif du collège baptiste qui, non content d’avoir fait une exception à la règle (vestimentaire) pour sa fille, a « aussi fait l’effort de créer un espace de prière spécialement pour elle ».
oumma
Prénom:
Email:
* Commentaire: