9:52 - December 23, 2019
Code de l'info: 3471477
Mohammad Reza Nourollayan, ancien chef de l'Organisation des centres d’enseignement islamique internationaux, a présenté un rapport sur les diverses activités de ces écoles qui opèrent aujourd'hui sous le nom d'al-Mustafa (psl) dans divers pays du monde.
Lors d’une interview accordée à IQNA il a déclaré : « Nous avons présenté la philosophie islamique de l'Allameh Tabatabai et de Mulla Sadra en Asie de l'Est, en anglais au niveau du master, et organisons un examen officiel pour ces cours. La République islamique d'Iran, après la victoire de la révolution, afin de donner au monde des informations précises sur l'islam, a créé avec des spécialistes, des écoles islamiques qui opèrent aujourd'hui dans diverses régions du monde, sous le nom d'Al-Mustafa (as) ».
 
Mohammad Reza Nourollayan qui est maintenant conseiller principal du chef de l'Organisation nationale iranienne des documents et de la Bibliothèque nationale, a déclaré : « Il est naturel que chaque pays ait ses propres règles et que nous devions nous conformer à ces lois pour travailler dans un pays. Chaque pays a des règles concernant l'octroi de licences dans les domaines de l'éducation et de la culture, aux personnes qui ne sont pas des ressortissants de ce pays, qui doivent être respectées. Nous avons créé des universités qui enseignent en français et en anglais, dans les pays francophones. 
ارائه اطلاعات صحیح از اسلام؛ هدف راه‌اندازی مدارس ایرانی در کشورهای دیگر
Ces écoles étaient basées sur les principes et les lois du pays en question, et développaient leur propre programme d'études, mais le respect des normes scientifiques et éthiques de ces centres nous a rendus plus efficaces. Nous avons organisé des voyages d'étude en Iran pour les étudiants avec le consentement de leurs parents, qui se sont familiarisés avec la civilisation de notre pays et ont voyagé à Chiraz, Ispahan, Tabriz et Machhad.
 
 La Bosnie-Herzégovine est un des pays où nos écoles sont les bienvenues. Nous avons également un institut scientifique à Hambourg qui a une excellente production scientifique et a délivré de nombreux diplômes. Le Collège de Londres est l’institut qui a peut-être le mieux réussi parce qu'il répond aux normes scientifiques les plus élevées. Le collège était dirigé par Jaafar Alami qui est décédé et l’Hodjat-ol-islam Sa’id Bahmanpour, et a accueilli des universitaires de différentes cultures. 
 
En Afrique de l'Ouest, nous avons une variété de disciplines dans les universités. Par exemple, au Congo, où le français est enseigné, beaucoup d’activités ont été faites sous la direction de Sayed Aboul-Fazl Roshmanesh, et au Ghana, nous avons une université islamique où l'enseignement est fait en anglais. 
ارائه اطلاعات صحیح از اسلام؛ هدف راه‌اندازی مدارس ایرانی در کشورهای دیگر
Nous n'avons pas réussi en Malaisie et dans sa capitale, Kuala Lumpur, mais nous avons mieux réussi en Indonésie où nos écoles sont très réputées. Les étudiants de Sayed Hussein Nasr (philosophe et professeur de sciences islamiques à l'Université George Washington aux Etats-Unis) sont d'éminents spécialistes de la philosophie islamique, et l'Université de Jakarta en Indonésie, a eu beaucoup de succès dans les domaines scientifiques. 
 
Nous avons également eu beaucoup de succès au Collège islamique « Rasul Akram » de Moscou et quand « l'État islamique » a lancé ses activités anti-culturelles en Tchétchénie, le collège Rasul Akram a eu tellement de succès que les Russes nous ont dit que nous avions empêché l'Arabie saoudite de venir chez eux. Le gouvernement russe a envoyé un message à l’ambassadeur iranien à Moscou pour nous autoriser à aller en Tchétchénie et travailler dans ce milieu très fanatique. Une cinquantaine d'imams des mosquées de la Fédération de Russie et des états indépendants ont été formés au Collège Rasul Akram, qui étaient chiites, mais ont été envoyés dans des régions sunnites. 
 
Dans le pays où nous allons, nous donnons des conférences sur les activités de nos centres et de l'université. À cet égard, je me souviens avoir voyagé avec notre ancien ministre des Affaires étrangères, Kamal Kharrazi, en Italie, au Ghana, au Nigéria, au Sénégal et en Afrique de l'Ouest. J'ai également assisté à des cérémonies de remise des diplômes des universités à l'étranger. 
 
Un jour, nous avons assisté à une soirée de remise des diplômes au collège de Ghana, avec le ministre des Affaires étrangères de l'époque, le président de la Banque centrale, le président de l'Université de formation professorale et le conseil d'administration. Le président de l’université lors de cette réunion, a annoncé qu'il avait fourni aux étudiants un système de transport gratuit et un étudiant a pris la parole et a déclaré qu’il était chrétien mais qu’il avait choisi notre université pour son prix et son niveau scientifique ».
Prénom:
Email:
* Commentaire: