0:36 - December 29, 2019
Code de l'info: 3471524
L’Inde est ébranlée par une série de protestations contre le Citizenship Amendment Act et le National Register of Citizens à travers le pays qui est jugée discriminante à l’égard des minorités et particulièrement des musulmans.
Si certaines agitations prennent une tournure violente, d’autres sont pacifiques :
Au Kerala, par exemple, pour montrer leur solidarité avec les gens de la communauté musulmane et contre les développements litigieux, les chanteurs de Noël ont choisi de porter une calotte (chéchia) et un hijab lors de leurs représentations. La chanson du chœur était également accordée au traditionnel « Mappilappattu » - une chanson chantée par les musulmans du nord du Kerala.
 
Shashi Tharoor, le député de Thiruvananthapuram, a re-tweeté un post présentant le grand taux de participation à un service à l’église Marthoma, Kozhenchery, Kerala.
Dans le message d’origine, l’utilisateur de twitter jijoy_mjatt a écrit : « C’est l’Inde, personne ne peut arrêter l’unité de nos religions. Veuillez voir comment ces jeunes sont apparus dans leur service de chants de Noël en solidarité avec les musulmans indiens (…)”.
 
Indian Express a cité le curé adjoint de l’église, Daniel T Philip, disant :
 
Nous voulions nous engager en solidarité avec toutes les communautés, y compris les musulmans, qui s’inquiètent de la nouvelle loi sur la citoyenneté. Alors que nous célébrons Noël, les minorités, en particulier les musulmans, se demandent sérieusement s’ils ne deviendront pas des réfugiés dans ce pays. Nous voulions partager leur inquiétude et leur exprimer notre solidarité.
 
« Jésus-Christ a été fait réfugié un jour après sa naissance. Par conséquent, l’église a voulu envoyer le message qu’elle partage l’anxiété des personnes qui sont devenues des réfugiés ou qui craignent d’être surnommées des réfugiés », a-t-il déclaré.
alnas
Prénom:
Email:
* Commentaire: