10:52 - January 08, 2020
Code de l'info: 3471645
En assassinant le général Qassem Soleimani, Washington a déclenché une confrontation avec Téhéran, a déclaré une analyste américaine.
Suzanne Maloney, analyste et experte américaine au Centre d’études sur la politique américaine au Moyen-Orient, au sujet de la vengeance iranienne après l'assassinat de Qasim Soleimani, a déclaré que l'administration de Trump en tuant l'architecte militaire iranien influent au Moyen-Orient, avait déclenché une confrontation avec Téhéran, qui provoquera une réaction grave, dangereuse et imprévisible des autorités iraniennes. 
 
Après que l'armée américaine a abattu un avion militaire iranien en 1988 ou tué Imad Mughniyeh, un important commandant opérationnel du Hezbollah en 2008, Téhéran a riposté pendant des mois, voire des années. Le dernier cas a été la sortie de Donald Trump de l'accord sur le nucléaire iranien et l'imposition de sanctions américaines sévères contre l'Iran en mai 2018. Téhéran a attendu une année complète, puis a riposté. 
 
Les dirigeants iraniens se vengent en choisissant le bon moment et le bon endroit, et en choisissant une option qui punira Trump mais réduira le blocus économique. Il y aura également d'autres réactions dans toute la région, qui ne nécessiteront peut-être pas le feu vert de Téhéran, pour venger l’assassinat du commandant Soleimani. 
 
Les Forces Quds et les Gardiens de la révolution ont des commandants expérimentés qui peuvent assumer leurs responsabilités, et la nomination immédiate d'Ismail Qa’ani pour le remplacer, signifie la poursuite des actions du CGRI. Il y a peu de raisons de croire que l'administration de Trump a la stratégie nécessaire pour gérer une confrontation longue et imprévisible avec Téhéran. 
 
Malheureusement, Trump n'a aucune expérience et les politiques de son administration montrent qu’elle est incapable de prévoir ou de planifier de manière réaliste, une politique contre les actions de l'Iran. 
Prénom:
Email:
* Commentaire: