11:18 - February 02, 2020
Code de l'info: 3471869
Feridoun Najafi Bakhtiari, réalisateur de documentaires, a déclaré que le cinéma iranien avec ses films pour enfants, pouvait devenir mondial et que la valeur du cinéma iranien venait de ce genre cinématographique qui malheureusement, avait décliné dans les années 90.

Feridoun Najafi Bakhtiari, né en 1978 dans la région de Kuhrang, est réalisateur et scénariste, diplômé de l'Université des Arts et membre de l'Académie cinématographique d’Australie. La plupart de ses œuvres de fiction et de documentaire ont été récompensées dans des festivals nationaux et internationaux, et ont reçu de nombreux prix. Il a participé à plusieurs festivals internationaux dont le 60ème Festival international du film de Berlin, le Festival international du film canadien de Montréal, le Festival du Film de l’Académie d’Australie, le Festival international du film de Cannes, le Festival international du film de Cambridge, le Festival du film grec de Thessalonique, le Festival du film d'Algérie, le Festival international du film de Londres, le Festival du cinéma bulgare, le Festival du film pour les enfants et les jeunes de l’Inde, et le Festival des enfants de Turquie où il a reçu plusieurs prix.

Dans un entretien avec l’Agence iranienne de presse coranique (Iqna), il a déclaré : « Le cinéma iranien avec ses films pour enfants, pourrait devenir mondial, mais malheureusement cette forme de cinéma est au point mort depuis de nombreuses années. Les documentaires pour enfants se présentent généralement sous deux formes, les films pour les enfants et les films sur les enfants. Dans mon travail, j'essaie de jeter un regard réaliste sur les problèmes des enfants. Au sujet du cinéma religieux, la façon de considérer ces questions doit être scientifique et professionnelle. Si nous voulons propager une vision religieuse dans le cinéma pour enfants, nous devons prendre des précautions pour empêcher que les enfants soient désintéressés par le contenu. Mon premier travail était sur les Bakhtiari, une des anciennes tribus d'Iran. Il s'agissait d'un documentaire sur un enfant de cette tribu qui aime le cinéma et connaît tous les acteurs du cinéma mondial. Le film a été tourné dans les montagnes de Zardouk et de nombreuses recherches ont été effectuées pour le réaliser. Certains croient à tort, que la connaissance des activités médiatiques n'est nécessaire que pour les journalistes et les agences de presse, alors qu’un cinéaste en a besoin également et cela a une grande influence sur la culture du pays. À mon avis, les médias sont une opportunité et ne doivent pas être considérés comme une menace. Si certaines menaces peuvent également se transformer en opportunités, c'est précisément le cas des médias. Dans le cinéma, en plus des recherches dans les domaines de la sociologie et de la psychologie, le cinéaste doit aussi avoir une culture médiatique et l’utiliser dans le cinéma. Par exemple, le film « Où est la maison de l'ami » est l'histoire d'un enfant qui fait une longue marche pour porter un cahier à son camarade de classe. Cela peut paraitre illogique pour un adulte, mais lorsque nous le considérons du point de vue d'un enfant, nous voyons qu’il y a une différence de perception. Un autre inconvénient de nos jours, est dû aux techniques cinématographiques qui permettent toutes sortes de fantaisies. Le cinéma pour enfants doit être fondé sur la culture islamo-iranienne, et il y a beaucoup de thèmes fantastiques dans la littérature iranienne comme dans « La conférence des oiseaux » d’Attar Neyshaburi. Certains cinéastes ne prêtent pas attention au fait que les fantasmes occidentaux sont basés sur des mythes occidentaux et même les croyances occidentales, et que ces modèles ne doivent pas être utilisés dans le cinéma iranien. Après de nombreuses années de tournage sur les enfants, dans mon prochain film, je vais aborder les questions sociales car il y a beaucoup de problèmes dans ce domaine. Cependant les conditions de tournage sont devenues très difficiles et les coûts de production très élevés. Un soutien aux documentaires serait une bonne chose mais si cela ne se produit pas, ce genre de cinéma disparaitra dans un avenir proche ».

 

Prénom:
Email:
* Commentaire: