8:21 - April 16, 2020
Code de l'info: 3472565
Téhéran(IQNA)-En réponse à une question sur le jeûne du ramadan alors que le monde est confronté à une pandémie, l’ayatollah Fayyaz a souligné : « Il n’est pas permis de déjeuner seulement à cause des conseils publics et sans avoir vraiment peur d’attraper le coronavirus. »

Qualifiant le jeûne du Ramadan d’une obligation religieuse et du second pilier de l’islam, rendu obligatoire dans le Livre Saint, il a souligné que ce jeûne reste une obligation et que l’individu ne peut pas l’ignorer seulement à cause des conseils publics, sans avoir vraiment peur à cause des conditions physiques ou professionnelles.


Estimant que tous les gens n’ont pas des conditions physiques, des activités quotidiennes, ni des professions identiques, le religieux a proposé de consulter un médecin spécialiste pour examiner leurs cas.


« Les individus, a-t-il dit, qui vivent dans des conditions spéciales et qui craignent de contracter le coronavirus parce qu’ils ne peuvent pas prendre des mesures de prévention, par exemple, ne peuvent pas mettre des gants ou des masques, ni observer la distanciation et par conséquent, ont peur logiquement d’attraper la maladie, au point qu’en cas d’observation du jeûne, la possibilité de contracter le coronavirus augmente et ils ne pourront pas travailler, de garder la distance avec les autres ou rester à la maison, ils peuvent s’absenter, sans le manifester aux autres et boire et manger seulement ce qui leur suffit pour se protéger contre la maladie. »


« Cependant une telle autorisation n’est pas valable pour tous les jours du ramadan, mais seulement pour les jours décrits ci-haut, parce que ces conditions prévalent pour certains jours et pas tous les jours du mois de ramadan. Par conséquent, si l’individu peut, en certains jours, rester à la maison et prendre les mesures de prévention, sans avoir peur, le jeûne reste obligatoire », a-t-il ajouté.


En ce qui concerne les personnes souffrant de maladies chroniques ou ceux qui ont des conditions spéciales, dont le médecin leur déconseille le jeûne, ou qui ont des expériences personnelles de jeûne, et qui craignent que le jeûne n’affaiblisse pas le système d’immunité de leur corps, les exposant à la maladie –à condition que cette peur ne soit pas illusoire-- ils peuvent retarder le jeûne jusqu’au moment où ils pourront appliquer cette obligation.
3891969

Tags: coronavirus ، fatwa ، jeûne ، ramadan
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: