9:45 - July 01, 2020
Code de l'info: 3473317
Téhéran(IQNA)-Selon Amnesty International, un million de Ouïghours seraient détenus en Chine, dans les provinces autonomes de Xinjiang.

En plus des travaux forcés qui seraient pratiqués dans ces camps de concentration, les prisonniers Ouïghours se verraient prélever leurs organes, afin d’alimenter le commerce d’organes « halal », provenant de donneurs n’ayant jamais consommé d’alcool ni de porc, en vue d’une revente au prix fort à des familles riches, notamment à destination des pays du Golfe Persique.
 
D’après plusieurs témoignages rapportés par la presse et par des Commissions d’enquête indépendantes, des prélèvements sanguins et des échographies d’organes seraient systématiquement pratiqués tous les mois, dans ces provinces, sur tous les Ouïghours de 12 à 65 ans.
 
Plusieurs témoignages de rescapés de ces camps parlent également de ces prélèvements d’organes. Afin de dissimuler ces pratiques systématiques, les corps des disparus de ces camps de détention seraient incinérés, sans l’autorisation de leurs familles.
 
Si de telles pratiques horribles se confirmaient, elles constitueraient des crimes contre l’Humanité.
 
Plusieurs responsables politiques se sont saisis de ce dossier, notamment des députés européens français, ainsi que des sénateurs belges.
 
Le RMF (Rassemblement des Musulmans de France) se joint également à cette mobilisation pour réclamer qu’une commission d’enquête internationale fasse toute la lumière sur ces pratiques qui se feraient au grand jour, à échelle industrielle, et à renfort de publicité dans des hôpitaux et des cliniques privées en Chine.
 
Enfin, le RMF a adressé une demande d’audience à M. l’Ambassadeur de Chine à Paris, afin de contribuer à éclairer l’opinion publique sur la réalité de ces pratiques odieuses.
 
Fait à Paris, le 29 Juin 2020
Le Bureau du RMF
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: