10:52 - August 09, 2020
Code de l'info: 3473747
Téhéran(IQNA)-On peut imaginer combien de temps il fallait aux pèlerins africains pour parcourir cette route longue de plusieurs milliers de kilomètres et atteindre les deux sanctuaires sacrés, avec les moyens de l'époque.
Amin Ismail Sagagi, membre du Département d'études islamiques de l'Université Bairo-Keno (Nigéria) a déclaré à ce sujet : «  Les pèlerins d'Afrique de l'Ouest, sous forme de grandes caravanes, se rendaient au Hadj par les "Quarante Chemins" en partant de l'Afrique de l'Ouest à Hosa au nord du Nigeria et au sud du Niger actuel, à Kanem aujourd'hui le Tchad, aux zones désertiques de l'est du Tchad, puis Darfour au Soudan, à l'oasis de Salomon et à Assiout, et après avoir traversé la Mer Rouge atteignaient finalement la terre sainte de la révélation. 
 
Le voyage du Hadj était très difficile pour les Nigérians en raison des dangers et de la longueur du voyage, des conditions météorologiques instables, des bandits et de la présence d’animaux sauvages.  En raison de ces dangers et de la possibilité de ne pas revenir de ce voyage, certains pèlerins se séparaient de leur femme, parfois sur la demande de la famille de la femme. Mais toutes ces épreuves n'ont pas empêché certains à se rendre au pays de la révélation plus d'une fois.
پایداری و استقامت مردم آفریقا در ادای حج
Parmi les pèlerins d'Afrique de l'Ouest se trouvaient des érudits, des écrivains et des poètes qui ont raconté leur voyage du Nil à Hedjaz. L'une des personnes les plus célèbres qui ont enregistré leur voyage était l’Allameh Mohammad Amin bin Mohammad Mukhtar Shenqiti (1905-1974) qui au cours de ce voyage, a participé à des cercles et à des discussions jurisprudentielles, où il répondait aux questions des savants et des cheikhs. Shenqiti a enregistré tout cela dans son livre "Pèlerinage à la Maison Sacrée de Dieu"  ainsi que les discussions qu'il a eues avec des chercheurs de l'Institut scientifique Umm Darman du Soudan, à l'époque du cheikh Yusuf Ibrahim Al-Noor. 
 
De nombreux autres poètes et écrivains africains ont écrit sur le Hadj et raconté leurs sentiments pendant ce voyage, comme le poète soudanais Al-Wathiq Younis, le cheikh Abdul Wadud bin Sidi Abdullah qui a effectué le Hadj en 1924, et qui a raconté son voyage au pays de la révélation sous forme de poésies, présentant les lieux et les personnes qu'il a rencontrées, et même les règles d'hygiène à respecter pendant le voyage.
پایداری و استقامت مردم آفریقا در ادای حج
Le cheikh Ibrahim Inas Al-Kalukhi du Sénégal, qui se rendit au Hadj en avion, est l'une des personnes qui a enregistré son pèlerinage sous forme de poésie et son transit à l'aéroport de Khartoum, entre Lagos et Djeddah.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: