10:22 - August 15, 2020
Code de l'info: 3473802
Téhéran(IQNA)- « Les musulmans d'Asie centrale ont soif d'apprendre les enseignements du Saint Coran et du Nahj al-Balaghah. Le Corona a permis au centre Al Mustafa de devenir plus actif dans ses enseignements virtuels », a affirmé l’Hojat-ol-islam Tahmaseb Hatami.
Dans une interview avec l'Agence iranienne de presse coranique (IQNA), l’Hodjat-ol-islam Hatami, directeur du centre Al Mustafa (as) en Asie centrale et dans le Caucase, a déclaré : « Les musulmans d'Asie centrale ont soif d'apprendre les enseignements du Saint Coran et du Nahj al-Balaghah. Le Corona a permis au centre Al Mustafa de devenir plus actif dans ses enseignements virtuels. 
 
En 1991, j'ai commencé ma coopération avec l'Assemblée mondiale des Ahl al-Bayt (AS) dans l'ex-Union soviétique, et j'ai aussi été invité à travailler avec l'Organisation des écoles à l’étranger. Une partie de notre travail avec les diplômés de la région concerne le Saint Coran et le Nahj al-Balaghah, car comme le dit le Guide suprême, celui qui ne lit pas le Nahj al-Balaghah ne connaît pas le Coran. 
 
Avec l’aide de l’attaché culturel iranien dans cette région, nous avons traduit certains ouvrages comme le commentaire thématique du Saint Coran, le Nahj al-Balaghah et le Sahifa Sadjadieh dans les langues de la région. Le Sahifa Sadjadieh a été traduit en turkmène, tadjik et russe, le Nahj al-Balaghah en russe, kirghize et tadjik, et le Coran et ses commentaires ont été traduits et publiés dans les langues régionales. 
 
A cause des limitations dues à l’épidémie, nos relations avec les passionnés des enseignements des Ahl ul-Bayt (as) se font actuellement à travers le cyberespace. Ces dernières années, nous avons créé des centres dans la région et renforcé nos activités, notamment dans les domaines coraniques, et même les sunnites s'intéressent au Nahj al-Balaghah. 
 
Les habitants de la région sont pour la plupart Hanafites et proches de nous en termes de croyances, et certains religieux sont des partisans de l'Imam, de la révolution et de la République islamique. Les habitants de cette région ont été éloignés de l'islam pendant 74 ans, et ont parfois eu des programmes religieux très limités, mais après la révolution et l'effondrement de l'Union soviétique, les érudits et les voyageurs qui sont venus en Iran se sont familiarisés avec les enseignements religieux et la révolution. 
 
Aujourd'hui, la plupart des mosquées ont un imam et les prières en commun ont lieu depuis plusieurs années, et pendant les mois de Ramadan, Muharram et Safar, elles organisent des programmes spéciaux. Les chiites ont des mosquées et des imams, et ne dépendent plus de nous ».
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: