11:11 - November 01, 2020
Code de l'info: 3474630
Téhéran(IQNA)-En recourant à l’islamophobie, Macron cherche à influencer ses opposants dans les 18 mois qui restent avant les élections présidentielles.
Les propos du président français, Emmanuel Macron, après le meurtre d'un enseignant qui avait montré à ses élèves des caricatures insultant le Prophète (PSL), dans un cours sur la liberté d'expression, ont provoqué de nombreuses réactions dans le monde islamique et ont été sévèrement critiqués. 
 
Contrairement aux cas précédents et similaires, la critique de l'islamophobie systématique et de l'anti-islamisme en Occident, ne s'est pas limitée à des manifestations diplomatiques mais s’est manifestée par un boycott des produits français dans les pays islamiques. 
 
Un rapport de CNBC précise que Macron a été fortement critiqué pour ses déclarations controversées sur l'islam au Moyen-Orient et dans le monde musulman, et que les citoyens de plusieurs pays islamiques et arabes ont boycotté les produits français.
 
Yashi Gupta dans ce rapport, faisant référence à l'étendue de cette campagne, a déclaré que l’appel au boycott avait été largement diffusé sur les réseaux sociaux au Qatar, en Égypte, au Koweït, au Pakistan, en Jordanie, en Algérie, en Arabie saoudite et en Turquie.
 
« L'embargo sur les produits français, est devenu un sujet brûlant dans le monde islamique. Plusieurs supermarchés et centres commerciaux du Moyen-Orient ont retiré les fromages, les yaourts et les cosmétiques français de leurs étagères, et les gens ont été encouragés à ne pas faire leurs achats à Carrefour. Les pays islamiques dont le Pakistan et le Bangladesh, ont appelé au boycott des produits français, accusant les dirigeants français de violer la liberté d'opinion et de marginaliser la minorité musulmane.
 
Les dirigeants de pays islamiques ont attribué les déclarations de Macron à un manque de distinction entre l'islam radical et le véritable islam. Des militants de la société civile ont affirmé que le comportement du président français était perçu comme une répression de la liberté religieuse musulmane en France, et le gouvernement français a affiché des caricatures controversées sur plusieurs bâtiments gouvernementaux, la semaine dernière, pour appuyer ses positions laïques », précise ce rapport qui conclut en citant les déclarations de Fawaz Gerges, professeur de politique du Moyen-Orient à l’école d’économie de Londres, qui a affirmé que les deux parties profitaient de la situation pour des raisons internes, et déclaré : « Macron tente d'influencer ses opposants pour l'élection qui aura lieu dans 18 mois, et  son changement soudain de direction est dû à sa rivalité avec Marine Le Pen, leader de l'extrême droite, qui a des vues xénophobes et islamophobes. Quant au président turc, Recep Tayyip Erdogan, il tente par-là de consolider son leadership dans le monde islamique ». 
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: