10:22 - November 22, 2020
Code de l'info: 3474858
Téhéran(IQNA)-Cette réunion virtuelle a été organisée à Manille, par le conseiller culturel iranien en coopération avec l'Université de Saint Thomas. 
Suite à la question des caricatures du Saint Prophète de l'Islam (psl) en France, sous le prétexte de la liberté d'expression mais dans le sens de l'islamophobie et de la haine religieuse, et suivant les ordres du Guide suprême qui a condamné ce complot et l'hypocrisie de certains politiciens occidentaux, l’attaché culturel iranien à Manille avec la coopération et la participation des élites universitaires et d’intellectuels iraniens et philippins, a organisé un dialogue scientifique en collaboration avec l'Université catholique de Saint Thomas et l'Association scientifique pour la planification des relations socioculturelles d'Iran, pour examiner la relation entre liberté et pratique religieuse, avec la présence et le discours de Mahmoud Karimi de l'Université Imam Sadegh, sur la Plateforme Zoom et sur Facebook.
 
Au début du webinaire, Bong Bai Bado, professeur à la Faculté de théologie de l'Université catholique de Manille, a présenté les raisons pour lesquelles le conseiller culturel iranien a organisé cette conférence, puis Morteza Sabouri, conseiller culturel iranien, a présenté les questions abordées dans ce webinaire.
 
Sabouri a déclaré : « Tout au long de l'histoire, les prophètes ont été attaqués et calomniés et certains d'entre eux ont même été tués et nous avons été témoins récemment des insultes aux valeurs religieuses au nom de la liberté d'expression qui peuvent conduire à une croissance de l'extrémisme au nom de la religion ».
 
Val Brillou, professeur adjoint à la Faculté de théologie de l'Université de Saint Thomas (UST) de Manille, a exprimé les positions de l'Église catholique sur le caractère sacré de la religion, et affirmé que la France cherchait à éliminer les symboles religieux sous prétexte de liberté et de laïcité. 
 
« L'Église catholique philippine cherche à inclure le respect du caractère sacré des religions dans les constitutions. Nous devons respecter le caractère sacré des religions car sans cela l'extrémisme apparaitra », a-t-il dit.
 
Mahmoud Karimi, professeur à l'Université Imam Sadegh (AS), a qualifié la liberté de valeur « divine, humaine et sacrée » et a appelé à comprendre sa signification et ses concepts, et à empêcher un amalgame avec le modèle de liberté présenté dans le libéralisme.
 
« L'Occident croit que la liberté ne reconnaît aucune limite, et considère notre concept de liberté comme un dogmatisme. Si ces gens lisaient le Coran une seule fois, ils prendraient conscience de l'importance que le Coran attache à la science et à la connaissance, et comprendraient que ces valeurs ne sont pas des imitations », a-t-il dit.

3936351

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: