10:48 - December 22, 2020
Code de l'info: 3475205
Téhéran(IQNA)-Suite à la publication des caricatures ridiculisant le Prophète (psl) en France, l’atmosphère très lourde d'islamophobie qui règne dans le pays, encouragée par le gouvernement laïc et les médias français, a atteint un point culminant.
Ce climat d’islamophobie a été accentué encore avec le discours du président Macron, lors d'une cérémonie organisée dans la cour de l'Université de la Sorbonne, en l'honneur de l'enseignant qui avait montré les caricatures en classe, et avait été assassiné le 21 octobre 2020, où le président a défendu la liberté d'expression présentée comme la plus grande réussite de la république et de la laïcité et a explicitement déclaré qu’il ne condamnera pas les caricatures. 
 
A cette occasion, des citations de l'ancien président français, Jacques Chirac, ont été diffusées dans lesquelles il évoqué une liberté d'expression « responsable » qui n’a rien à voir avec la provocation. Chirac avait condamné la publication des caricatures en 2006, déclarant que « tout ce qui choque les croyances des autres, en particulier les croyances religieuses, doit être évité ».  Si la liberté d'expression est un des principes d'une république, il y a d'autres valeurs dans la république, comme la tolérance et le respect des croyances d'autrui », avait-il souligné. 
 
En France, l'islam est la deuxième religion après le christianisme. Les 6 à 8 millions de musulmans vivant en France représentent environ 10% de la population. La population actuelle des musulmans français est une population issue de l’immigration en France, principalement depuis l'Afrique du Nord, au siècle dernier. Beaucoup d'entre eux n'ont jamais vu le pays d'origine de leurs parents, suivent les lois françaises et ont leurs propres institutions civiles et religieuses. Environ 2 000 mosquées fonctionnent officiellement en France, et 1 500 imams gèrent ces centres religieux légalement enregistrés.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: