8:31 - February 01, 2021
Code de l'info: 3475614
Téhéran(IQNA)-Au tournant du 20e siècle, Hajj Raghib Al-Khalidi s’est rendu compte qu’il devait agir pour préserver la riche collection de livres et de manuscrits que sa famille avait rassemblés au fil de nombreuses générations.

En 1900, l’intellectuel basé à Jérusalem a rassemblé les nombreux volumes et papiers éparpillés dans sa famille élargie et les a catalogués en un seul endroit. Avec cela, la bibliothèque Khalidi est née.

Aujourd’hui, plus d’un siècle plus tard, les descendants de Khalidi ont procédé à une restauration majeure, qui a permis de préserver et de numériser la collection séculaire de la bibliothèque pour que les universitaires puissent y accéder dans le monde entier.

La bibliothèque, connue en arabe sous le nom d’Al-Maktaba Al-Khalidiyya, a été établie dans la vieille ville de Jérusalem à Tariq Bab Al-Silsilah près de Bab Al-Silsilah, l’une des principales portes d’Al-Haram Al-Sharif – également connue comme Mont du Temple – la maison de la mosquée Al-Aqsa.

Il contient l’une des plus grandes collections privées au monde de manuscrits arabes (environ 1 200 titres), dont la plus ancienne a environ 1 000 ans. Parmi eux se trouvent environ 200 textes islamiques extrêmement rares, dont beaucoup sont finement décorés de motifs géométriques à l’encre de couleur.

Sa collection imprimée, principalement d’époque 19e siècle, contient environ 5500 volumes. Il existe également une énorme archive de papiers familiaux remontant au début du 18e siècle.

Les Khalidis prétendent faire remonter leur ascendance au premier conquérant musulman Khalid ibn Al-Walid, décédé en 642. Une famille appelée Khalidi a été documentée à Jérusalem au 11ème siècle. La lignée familiale la mieux attestée remonte cependant aux XIVe et XVe siècles sous l’empire mamelouk.

Le bâtiment de l’époque mamelouke où se trouve la bibliothèque a également résisté à l’épreuve du temps. Construit en 1389, il a survécu aux dirigeants successifs du califat des Omeyyades et de l’Empire ottoman jusqu’au mandat britannique, se tenant fier même aujourd’hui sous l’occupation israélienne.

Pour les Palestiniens, la bibliothèque est un témoignage vivant de leur revendication historique sur la ville sainte, donnant au «faux récit sioniste» une réfutation solide, selon l’un des descendants de Khalidi.

«Une bibliothèque de livres et de manuscrits rares qui remonte aux 10e et 11e siècles est la preuve que les habitants de Jérusalem et les Palestiniens sont un centre de culture et de civilisation depuis des millénaires», a déclaré Rashid Khalidi, un historien palestinien-américain du Moyen-Orient et Edward Said Professeur d’études arabes modernes à l’Université de Columbia, a déclaré Arab News.

«Les israéliens soutiennent que nous n’existons pas et que nous avons une histoire fabriquée et que d’autres peuples sont indigènes de cette terre et nous ne le sommes pas. Nous, les Palestiniens, sommes le peuple de cette terre tandis que l’autre récit est celui du projet colonial de colonisation qui nous a été imposé.

À la fin de la guerre israélo-arabe de 1948, Jérusalem est restée divisée entre la Jordanie et le jeune État d’Israël. La défaite arabe a déclenché une fuite massive de Palestiniens vers les pays arabes de la région du Levant connue sous le nom d’Al-Nakba – littéralement «la catastrophe».

À la fin de la guerre de 1967, les choses sont devenues encore pires pour les Palestiniens lorsque les forces israéliennes ont vaincu la résistance de l’armée jordanienne et ont pris Jérusalem-Est. Le changement de rapport de force qui en a résulté a chassé une grande partie de la population arabe restante. En 1980, Israël a annexé Jérusalem dans une démarche non reconnue internationalement.

Plus récemment, dans une décision controversée en 2018, l’administration de Donald Trump a transféré l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, reconnaissant officiellement la ville comme la capitale d’Israël. Les Palestiniens recherchent depuis longtemps Jérusalem-Est comme capitale d’un futur État.

alnas

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: