10:57 - February 08, 2021
Code de l'info: 3475700
Téhéran(IQNA)-Les participants au webinaire « Fatemeh (sa), l’être parfait », l’ont présentée comme la pleine manifestation des perfections divines sur la terre et un exemple à suivre pour les femmes et pour toute l’humanité, dans la famille et dans la société.

L'Ayatollah Jafar Sobhani grande référence religieuse chiite, l’Hodjat-ol-islam Dashti professeur au centre d’enseignement islamique du Koweït, l’Hodjat-ol-islam Hadj Ali Akbari imam de la prière du vendredi de Téhéran, l’Hodjat-ol-islam Maki président du Centre islamique de France, le Dr Yassin Pelissier professeur d'université et économiste français, Ensieh Khazali, ancienne présidente de l'Université Al-Zahra de Téhéran, Ameneh Anlos des États-Unis, Isabelle Praile ancienne vice-présidente de l'Assemblée consultative islamique de Belgique et Monira Al-Musawi, militante féministe du Koweït, lors d’un webinaire sur « Fatemeh (sa), l’être parfait », organisé le 6 février 2021, au Centre islamique de Paris, ont fait des discours sur la personnalité de Fatemeh (as), la condition de la femme, les hommes et les femmes, égalité ou justice, l’hijab et la liberté, et le rôle des femmes dans la famille et la société.

L’Ayatollah Sobhani, dans un message dont le texte a été lu par l’Hodjat-ol-islam Ali Reza Sobhani, a déclaré : « La fascination humaine pour la perfection est une chose naturelle et tous au cours de leur vie, veulent avancer et atteindre ce but. À cet égard, il n’y a pas de différence entre les femmes et les hommes. Connaître des personnalités humaines parfaites et suivre la voie des infaillibles est un des moyens d'atteindre la perfection, et l'une de ces personnalités est Hazrat Fatemeh (sa). Bien que le nom d’Hazrat Fatemeh (sa) ne soit pas mentionné directement dans le Coran, certains versets la concernent directement et ont clarifié la position élevée des Ahl al-Bayt (as) et de Fatemeh (sa) devant Dieu. L'amour des Ahl al-Bayt (as) est un devoir pour l’Oummah (Coran Shura verset 23), et lui permet d’atteindre un haut niveau dans la foi et les actes. Hazrat Fatemeh (sa) a montré qu'une femme pouvait atteindre la perfection humaine comme un homme, et même aller au-delà ».

L’Hodjat-ol-islam cheikh Abdullah Dashti, chercheur, écrivain et imam de la mosquée Imam Al-Mahdi (AS) du Koweït, a déclaré : « Aujourd'hui, nous assistons à de nombreuses déviations dans les sociétés humaines. Le Saint Coran propose une compétition aux êtres humains. Dans cette compétition, il n'y a aucune différence entre les hommes et les femmes. C'est une course pour développer notre nature humaine. Dieu a déclaré à plusieurs reprises dans le Coran, qu'il n'y a pas de différence entre les hommes et les femmes, et a établi pour nous des modèles. Selon le Coran, le Saint Prophète (psl) est un modèle supérieur pour les croyants. Mais il faut savoir que les hommes ne sont pas les seuls à avoir atteint ce haut niveau. Le Saint Coran présente également des femmes comme modèles, comme Hazrat Maryam (sa) et selon les versets 61 à 63 de la sourate Ale Imran, Hazrat Fatima (sa) qui est la seule personne qui mérite d'être considérée comme un exemple de femmes dans l’Oummah. Dans les hadiths et les narrations sunnites, y compris dans le Sahih Bukhari et le Sahih Muslim, Fatemeh (sa) est présentée comme la maîtresse des femmes du monde. Ce qui est important, c'est que l'Islam a présenté plusieurs exemples de femmes exemplaires ».

Ensieh Khazali a déclaré dans un discours : « Dieu utilise le mot « sincère » pour ses proches. L'unité du cœur et de la langue est la caractéristique des élus de Dieu. Hazrat Sedigheh Zahra (sa) a cette caractéristique et Dieu l'a ornée de ces attributs. Hazrat Zahra (sa) était comme une mère pour le Prophète et le Prophète recevait sa force et son énergie spirituelle de Fatemeh (sa). Cela était étrange à l'époque préislamique où les filles et les femmes étaient considérées comme des êtres inférieurs. Cela est aussi précisé dans les sources sunnites et chez des orientalistes comme Louis Massignon qui a dépeint Zahra (sa) « au sommet de la connaissance et de la proximité avec Dieu », et lui a donné une sainteté égale à celle de Marie (sa) ».

L’Hodjat-ol-islam Hadj Ali Akbari, se référant à l’oppression des femmes et des filles à l'époque de l'ignorance (préislamique), a déclaré : « Dieu a créé une lumière brillante appelée Zahra dans cette époque si sombre. Avec la sagesse, la connaissance et les vertus de Fatemeh (sa), Dieu a présenté la personnalité humaine des femmes et a fait de Fatemeh (sa) un être humain et une femme parfaite qui fait la fierté de l’humanité. Hazrat Fatemeh (sa) a joué un rôle important auprès de son père et pendant son mariage, et était une militante dans les domaines culturels et politiques, et dans les évènements importants de cette époque. Aujourd'hui, l'humanité a besoin d'elle pour être sauvée ».

Monira al-Musawi a présenté ses félicitations à l’occasion de l'anniversaire de Sedigheh Tahereh (sa), et a déclaré : « En islam, la famille est un lieu sûr pour les êtres humains, où ils atteignent la perfection, et cette paix vient des femmes. Il y a 40 ans, lorsque l'islam est apparu dans le monde, en tant que force politique active, et que les femmes ont atteint le statut qu’elles méritent, le système de domination a tenté de cibler ce statut des femmes et l'institution familiale, en ciblant la dignité, la morale et l'humanité des femmes. Les femmes doivent être conscientes de leurs responsabilités et de leurs rôles sociaux. Pour que les femmes de la société islamique réussissent, des modèles sont nécessaires dont l'exemple le plus parfait est Hazrat Fatemeh (sa) ».

Isabelle Somayeh Praile, ancienne vice-présidente de l'Assemblée islamique belge, a déclaré que l'anniversaire de Fatemeh (sa) était l’occasion de mieux parler de ces questions et a déclaré : « La vie humaine a eu deux modèles, matérialiste et progressiste, mais il existe un troisième modèle qui est celui d’Hazrat Zahra (sa). Dans les sociétés anciennes, les droits civils et politiques des femmes étaient ignorés et les femmes étaient souvent considérées comme les esclaves de leurs pères, de leurs maris ou de leurs fils. Dans la société occidentale, les femmes n'ont le droit de vote que depuis environ un siècle. Même en Belgique, avant 1972, les femmes ne pouvaient pas ouvrir un compte bancaire sans l'autorisation de leur mari. A une époque où les filles étaient enterrées vivantes, la révélation divine a apporté un message de libération pour les femmes et le prophète (psl) a défendu leur statut. Dans son comportement avec sa femme, Khadija, et sa fille, Hazrat Zahra (sa), il a montré et restauré la dignité des femmes ».

Amina Inlooz, chercheuse, écrivaine et professeure d'université aux États-Unis, dans son discours, a déclaré : « Que nous dit Hazrat Fatemeh (sa) sur le rôle des femmes dans la société et dans la création ? Au cours de sa courte vie, elle nous a montré les différents rôles qu'une femme peut avoir, au foyer ou dans la société. Hazrat Fatemeh (sa) aidait les personnes dans le besoin, quelle que soit leur religion. Elle priait toujours à la maison mais ne négligeait jamais son rôle social. Nous pouvons aussi être une source de bienfaits pour notre société et l'humanité ».

L’Hodjat-ol-islam Makki, chef du Centre islamique de France, dans un discours a déclaré : « Dans les perfections humaines, la question du genre ne joue aucun rôle et cette perfection prend parfois la forme de Marie et de Fatemeh (sa), et parfois la forme des prophètes et des messagers divins. Du point de vue islamique, la société humaine a défini des besoins égaux pour les hommes et les femmes. Dans les sociétés occidentales, l'égalité des droits des femmes est soulevée mais elle reste un slogan et n'est pas appliquée dans la pratique. Hazrat Zahra (sa) a bien rempli les fonctions liées à sa relation avec Dieu et sa relation avec la société, et est devenue un modèle d'humanité dans les deux domaines ».

3952492

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: