8:25 - March 10, 2021
Code de l'info: 3476028
Téhéran(IQNA)-Un expert de l’ONU demande aux Etats d’agir face à la haine anti-musulman qui se répand La haine anti-musulmane a atteint des « proportions épidémiques », selon un expert des droits de l’ONU, appelant les États à agir.

Dans un rapport au Conseil, Ahmed Shaheed a cité des enquêtes européennes en 2018 et 2019 qui ont montré que près de quatre personnes sur dix avaient des opinions défavorables sur les musulmans. En 2017, 30% des Américains considéraient les musulmans «sous un jour négatif», a ajouté le Rapporteur spécial.

Il a déclaré que les États avaient répondu aux menaces à la sécurité «en adoptant des mesures qui ciblent de manière disproportionnée les musulmans et définissent les musulmans comme à la fois à haut risque et à risque de radicalisation».

Ces mesures comprennent l’interdiction aux musulmans de vivre selon leur système de croyances, la sécurisation des communautés religieuses, les limites d’accès à la citoyenneté, l’exclusion socio-économique et la stigmatisation généralisée des communautés musulmanes.

Ahmed Shaheed a noté que ces développements faisaient suite aux attentats terroristes du 11 septembre et à d’autres actes de terrorisme prétendument commis au nom de l’islam.

Il s’est en outre inquiété du fait que dans les États où les musulmans sont en minorité, ils sont fréquemment ciblés en raison de caractéristiques stéréotypées «musulmanes», telles que les noms, la couleur de la peau et les vêtements, y compris les vêtements religieux, tels que le foulard.

L’expert indépendant a déclaré que la discrimination et l’hostilité «islamophobes» étaient souvent intersectionnelles, par exemple lorsque «les femmes musulmanes peuvent faire face à une« triple peine »en tant que femmes, ethnies minoritaires et musulmanes… Les stéréotypes et les tropes préjudiciables sur les musulmans et l’islam sont chroniquement renforcés par les médias grand public. , des politiciens puissants, des influenceurs de la culture populaire et du discours académique », a-t-il ajouté.

Le rapport a souligné que les critiques de l’islam ne devraient jamais être confondues avec l’islamophobie, ajoutant que le droit international des droits de l’homme protège les individus et non les religions. La critique des idées, des dirigeants, des symboles ou des pratiques de l’islam n’est pas islamophobe en soi, a souligné le Rapporteur spécial, à moins qu’elle ne s’accompagne de haine ou de préjugés envers les musulmans en général.

Prendre «toutes les mesures nécessaires»
«J’encourage vivement les États à prendre toutes les mesures nécessaires pour lutter contre les formes directes et indirectes de discrimination à l’égard des musulmans et à interdire tout plaidoyer pour la haine religieuse qui constitue une incitation à la violence», a déclaré l’expert de l’ONU.

Les rapporteurs spéciaux font partie du soi-disant mandat des procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme et ne font pas partie du personnel des Nations Unies et ne reçoivent pas de salaire. Ils servent entièrement à titre individuel.

alnas

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: