11:32 - April 21, 2021
Code de l'info: 3476436
Téhéran(IQNA)-Hormis son caractère spirituel, le ramadan est aussi le mois de la solidarité. Ainsi, le Centre culturel islamique de Franche-Comté et l’association Amicale franco-turque de Besançon se sont unis pour distribuer aux plus nécessiteux, chaque soir, environ 300 repas chauds gratuits au campus de la Bouloie.

Dès 18 h, les bénéficiaires des repas chauds affluent au parking du campus de la Bouloie et récupèrent, chacun, un paquet composé du plat principal, accompagné de pain, d’un fruit et d’une bouteille d’eau. 

Khalid Jarmouni, le président du Centre culturel islamique de Franche-Comté, évoquait cet énorme élan de générosité, au début du mois de ramadan, dans notre édition du 14 avril. « Les musulmans étant appelés à faire la charité, nous avons décidé, avec le concours du restaurateur O’camion, de procéder, tous les soirs, à la distribution gratuite d’environ 300 repas chauds aux étudiants musulmans ou non, présents sur le campus de La Bouloie. »

Son association et l’Amicale franco-turque de Besançon ont uni leurs forces et ont appelé les fidèles qui fréquentent la mosquée de Fontaine-Ecu et celle de Chateaufarine à participer financièrement à l’achat des produits nécessaires à fabriquer les repas chauds, du lundi au dimanche. « Les fidèles ne comptent pas et ont donné entre 10 € et une centaine d’euros », se réjouit Khalid Jarmouni.

Musa Kurt, l’organisateur principal de la logistique et président de l’Amicale franco-turque, n’en est pas à son premier coup d’essai. « Nous l’avons fait pendant le premier confinement l’année dernière. C’est ainsi que nous avons établi la liste des étudiants précaires, mais aussi des réfugiés et des familles dans le besoin, toute confession confondue. »

Règles d’hygiène strictes
L’utilitaire, qui transporte les repas de O’Camion, élaborés dans son laboratoire à Chateaufarine, arrive vers 18 h au parking du campus de la Bouloie, juste derrière l’école d’ingénieurs de l’ENSMM. « Quatre personnes sont mobilisées en journée, depuis 10 h du matin, pour tout confectionner », rappelle Musa Kurt. « Tout se fait dans des règles d’hygiène strictes. »

Les tables de distribution sont rapidement mises en place. Les mets, en barquettes, sont ensachés avec du pain, un fruit et une bouteille d’eau, alors qu’une file de bénéficiaires s’étend peu à peu. Beaucoup de jeunes acceptent avec reconnaissance, ce cadeau bienvenu en période de confinement, le troisième depuis mars 2020. Une lueur d’espoir, en attendant des jours meilleurs.

estrepublicain

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: