8:54 - May 11, 2021
Code de l'info: 3476645
Téhéran(IQNA)-Lors de la récente controverse sur un projet de loi français, de nombreuses accusations ont été accusées d’islamophobie, et la manière dont la loi ciblait spécifiquement le port du foulard a été sévèrement critiquée, en particulier de la part des femmes qui ont déclaré que choisir leur façon de s’habiller est leur droit leur a accordé.

Le projet de loi interdit aux mères de porter le foulard (foulard) tout en accompagnant leurs enfants lors de voyages scolaires, interdit le port du burkini (maillot de bain complet) dans les piscines publiques et interdit aux filles mineures de cacher leur visage ou de porter des symboles religieux dans les lieux publics. L’espace.

Face à ces défis juridiques, un certain nombre de Françaises ont lancé un mouvement «Don’t Touch My Hijab» sur les réseaux sociaux.

Doigo Akin, qui a lancé le mouvement avec d’autres femmes musulmanes françaises, s’est entretenue avec l’agence Anadolu sur les attitudes et les lois anti-islamistes dans son pays.

“Le hijab devient toujours un problème”

Akin, 25 ans, un musulman français qui porte un hijab, se prépare à entrer dans le monde des affaires armé d’une maîtrise imminente en finance.

Akin, qui vit à Strasbourg, a déclaré que le foulard en France était un sujet de controverse depuis longtemps et qu’il était réapparu à maintes reprises.

Après qu’une influenceuse britannique sur les réseaux sociaux ait démontré son opposition à l’interdiction du foulard en France en écrivant «Lift My Veil» sur ses mains, Akin et ses amis ont décidé de passer à l’action et la phrase a été traduite en français.

Nous avons écrit #pastoucheamonhijab [Don’t touch my hijab] Sur nos mains et publiez les photos sur les réseaux sociaux. Avec le soutien de ceux qui ont vu notre message, notre mouvement s’est élargi pour inclure les médias.

Akin a déclaré que le mouvement avait reçu une très bonne réponse tant en France qu’à l’étranger.

«Certains journalistes ont même été surpris de voir à quel point le foulard est un gros problème en France même pendant la pandémie COVID-19.


“L’interdiction générale s’est étendue aux entreprises privées.”

Akin a déclaré que le port du foulard pendant l’éducation était confronté à de nombreux défis en France, ajoutant que les lycées l’interdisaient.

“Bien que seules les entreprises publiques imposent une interdiction (manifeste) du foulard, de nombreuses entreprises privées n’emploient pas de femmes qui portent le foulard. C’est précisément parce qu’il y a une mauvaise perception du hijab en France”, a déclaré Akin.

Elle a ajouté que si les médias français diffusaient de sérieuses allégations au sujet de femmes portant le foulard, on ne leur a pas donné la parole, disant: “Avec mes amis, nous nous sommes battus pour notre voix, nous l’avons trouvée nous-mêmes.”

“En France, choisir et pratiquer la religion est une liberté fondamentale et un droit pour nous. Cette interdiction est totalement contraire à nos libertés. Nous, les citoyens français qui portent le foulard, revendiquons nos libertés, qui sont nos droits”, a déclaré Akin.


La couverture médiatique de l’islam entraîne des préjugés

Akin a déclaré que la France exhortait les femmes à retirer le voile et à “gagner leur liberté” depuis la période coloniale de l’Algérie.

وأشار أكين إلى أن الناس في مدن مثل ستراسبورغ التي يسكنها عدد كبير من المسلمين اعتادوا أكثر على العيش معًا واحترام بعضهم البعض ، وأضاف: “في بعض المناطق التي لا يوجد فيها مسلمون ، فإن الفرنسيين متحيزون جدًا ضد المسلمين. وهذا فقط لأنهم تعرف على الإسلام من Médias “.

Akin a déclaré qu’elle et ses amis qui sont impliqués dans le mouvement «Bas Tushamon Hijab» ont commencé à écrire des lettres aux députés pour exprimer leur opposition à l’interdiction du voile et demander leur soutien.

Elle a expliqué que “notre objectif principal actuel est d’empêcher cette loi”.

Bien sûr, cela ne suffit pas, car nous voulons éviter que le voile ne devienne constamment un problème. Même si le projet de loi n’est pas adopté, le fait que le foulard soit toujours à l’ordre du jour provoque une mauvaise perception dans l’esprit des gens. Nous voulons lutter contre cela aussi. “


L ‘«interdiction des symboles religieux» s’est transformée une fois en une «interdiction du foulard»

“Ces dernières années, le voile a été choisi au lieu du mot” symbole religieux. “Ils s’y réfèrent en particulier. Ce n’est pas seulement un symbole religieux, le voile est interdit.” Ils utilisent le mot hijab “, a expliqué Akin.

C’est un problème anti-islam simple. Parce qu’il cible directement les femmes musulmanes qui portent le hijab. “

Akin a déclaré que le président français Emmanuel Macron n’avait aucun problème avec le foulard lors de sa première élection, mais que sa position a changé plus tard.

Il approche de la fin de son mandat et essaie d’obtenir des votes de la droite. Nous nous sentons aussi des femmes voilées habituées à éviter de parler de vrais problèmes.

“Par exemple, il y a eu les manifestations des gilets jaunes (au niveau national), mais le principal problème était (toujours) le foulard. Ensuite, il y a cette énorme crise sanitaire dans le monde, mais le foulard est toujours le principal sujet de discussion.”


Nous voulons être connus pour nos métiers ‘

Akin s’est dite surprise par la lutte contre le foulard en France, que beaucoup dans le monde considèrent comme “le pays de la liberté et de l’égalité”.

Elle a expliqué: “Je suis vraiment très triste que nous soyons des citoyens français qui ont grandi en France, et il est très triste que l’État nous ignore et nous aliène.”

“Nous apportons nos contributions à cette communauté, nous avons des rôles dans la vie sociale. Nous ne voulons pas seulement être utilisés dans les médias quand il y a un problème.”

Akin a déclaré que pour la première fois, des femmes musulmanes voilées avaient trouvé leur voix, le droit de s’exprimer sur un problème qui les affectait le plus, ce qu’elles n’avaient jamais eu auparavant.

Et elle a insisté sur le fait que «l’idée principale du mouvement« Ne touchez pas à mon voile »est de dire« Ne touchez pas à ma liberté, à mes décisions ».

corentino

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: