11:57 - July 18, 2021
Code de l'info: 3477396
Téhéran(IQNA)-« Les 20 ans de présence américaine en Afghanistan n'ont pas été une grande réussite », a déclaré Michael N. Barnett, « le retrait des forces américaines n'augmente pas la possibilité que l'Afghanistan redevienne une menace pour la sécurité ».

La prise de fonction de Joe Biden aux États-Unis, a occasionné de nombreux changements en Asie de l'Ouest qui est une des régions les plus tendues de l’Orient, avec le retrait des troupes américaines d'Afghanistan, la réémergence des talibans dans le pays, et l'incertitude sur un retour des pourparlers entre l'Iran et les Etats-Unis.

Michael N. Barnett, professeur de relations internationales à l'Université George Washington, auteur de recherches sur les organisations internationales, la théorie des relations internationales et la politique américaine au Moyen-Orient, dans une interview avec l’Agence iranienne de presse coranique (IQNA), a évoqué la politique étrangère du gouvernement de Joe Biden au Moyen-Orient, et déclaré : « Un retrait américain serait irresponsable et préjudiciable aux intérêts américains. L’Afghanistan risque de devenir un refuge pour les terroristes. Cependant, il existe de nombreux autres endroits dans le monde, qui sont aujourd’hui des refuges pour les terroristes et les États-Unis disposent d'autres outils pour contrer les menaces terroristes potentielles en provenance d'Afghanistan. Le retrait des troupes américaines d'Afghanistan serait stupide, car il est stupide de répéter une erreur encore et encore dans l'espoir qu'un résultat différent soit obtenu. 20 ans de présence US en Afghanistan, n'ont pas donné grand-chose ».

بیست سال حضور آمریکا در افغانستان دستاورد زیادی برای آمریکا نداشته است/  ایران و آمریکا به دنبال توافقی بهتر از برجام هستند

Interrogé sur la récente guerre de Gaza et si cette attaque a montré l'inefficacité des accords de normalisation entre Israël et plusieurs États arabes, Barnett a déclaré : « Trump a été un facteur actif pour mettre fin à la solution à deux États et l'émergence d'un grand Israël. Biden sera un témoin oculaire passif. La normalisation signifie simplement que de nombreux pays arabes, qui n'ont jamais été très préoccupés par la question palestinienne, ont décidé qu'ils pouvaient accepter le risque de la normalisation (et de relations avec Israël) et bénéficier du soutien stratégique des États-Unis et d'Israël. Les avantages l'emportent sur les dommages potentiels pour ces pays ».

بیست سال حضور آمریکا در افغانستان دستاورد زیادی برای آمریکا نداشته است/  ایران و آمریکا به دنبال توافقی بهتر از برجام هستند

Au sujet des pourparlers de Vienne, le professeur de relations internationales de l'Université George Washington a déclaré : « Il n'y a aucun problème avec le retour des États-Unis à l'accord nucléaire, mais les États-Unis veulent s'assurer qu'ils parviendront à un accord meilleur que l'accord précédent. Après le retrait des États-Unis (de Barjam), l'Iran a décidé de prendre des mesures « provocatrices » selon les États-Unis. Les sanctions de Trump ont nui à l'Iran. Maintenant, les deux parties se testent et se provoquent, et nous avons deux nouveaux gouvernements forts dans les deux pays. L’élection du nouveau président en Iran, n’aura pas d’influence sur les relations entre Washington et Téhéran. Il ne peut s'agir que d'une tentative d'empêcher le franchissement des lignes rouges dans les relations entre les deux pays. Biden veut maintenir le statu quo à tout prix. La situation au Moyen-Orient évoluera de telle manière que cette région deviendra le lieu de gouvernements plus autoritaires. Il y aura peu de changements spectaculaires dans le sens de la paix. Par conséquent, la gestion du pouvoir sera importante et rien d'autre ».

3983522

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: