10:06 - July 24, 2021
Code de l'info: 3477443
Téhéran(IQNA)- En la 1455e année suivant la révélation du Saint Coran, un plan coranique baptisé « 1455 » a commencé en Iran le samedi 26 juin.

Le plan coranique est organisé chaque année en été dans le but de promouvoir la mémorisation du Livre Saint et de diffuser la culture et les enseignements coraniques dans la société.

Dans le cadre de ce plan, chaque semaine, des versets du Coran avec des thèmes spéciaux sont sélectionnés et leurs interprétations sont discutées dans divers programmes de télévision et de radio.

Ensuite, un concours est organisé sur les leçons et les discussions.
Voici une interprétation des verset 8 et 9 de la sainte sourate Al-Insan du Saint Coran, fournie dans le « plan coranique de 1455 » :

وَيُطْعِمُونَ الطَّعَامَ عَلَى حُبِّهِ مِسْكِينًا وَيَتِيمًا وَأَسِيرًا * إِنَّمَا نُطْعِمُكُمْ لِوَجْهِ اللَّهِ لَا نُرِيدُ مِنْكُمْ جَزَاءً وَلَا شُكُورًا

Et ils offrent la nourriture, malgré leur amour (leur besoin), au pauvre, à l'orphelin et au prisonnier, (disant) : « C'est pour la satisfaction d'Allah que nous vous nourrissons : nous ne voulons de vous ni récompense ni gratitude.

Ces versets évoquent plusieurs points, l’aide à toutes sortes de nécessiteux et la sincérité des actes.

Ces actes ne se limitent pas à l’offre de nourriture, tous les actes des Ahl-ul-bayt (as) sont sincères et pour la satisfaction de Dieu, sans aucune attente de récompense des gens ni même de remerciements.

En Islam, c’est l’intention qui compte. Un acte hypocrite dans l’attente de remerciements ou de récompense matérielle, n'a aucune valeur spirituelle et divine, et le célèbre hadith du Saint Prophète (as) : « La valeur de l’action dépend de l’intention : « إِنَّمَا اَلْأَعْمَالُ بِالنِّيَّاتِ » fait référence à cette vérité.

Non seulement dans ces versets, mais aussi dans de nombreux autres versets du Coran, l’offre de nourriture est considérée comme une des bonnes œuvres des serviteurs de Dieu, particulièrement apprécié par Dieu.

Un hadith de l'Imam Sadegh (as) déclare :

مَنْ أَطْعَمَ مُؤْمِناً حَتَّى يُشْبِعَهُ لَمْ يَدْرِ أَحَدٌ مِنْ خَلْقِ اَللَّهِ مَا لَهُ مِنَ اَلْأَجْرِ فِي اَلْآخِرَةِ لاَ مَلَكٌ مُقَرَّبٌ وَ لاَ نَبِيٌّ مُرْسَلٌ إِلاَّ اَللَّهُ رَبُّ اَلْعَالَمِينَ

« Personne dans la création de Dieu, ne sait combien celui qui nourrit un croyant jusqu'à ce qu'il soit rassasié, sera récompensé dans l'au-delà, ni les anges proches de Dieu, ni les messagers, seul le sait Dieu, le Seigneur des mondes. (Al-Kafi, tome 2 p 201).

Les hadiths ne parlent pas uniquement des nécessiteux et des affamés, mais dans certains cas, il est explicitement indiqué que nourrir les croyants, même s'ils ne sont pas pauvres, revient à libérer un esclave. Cela montre que le but est d’attirer l'amour en plus de répondre aux besoins, et de renforcer les liens d'amitié, contrairement à ce qui est courant dans le monde matériel aujourd'hui, où parfois deux amis proches ou deux parents vont au restaurant et où chacun doit payer sa part, comme si la question de l'hospitalité, pour beaucoup de gens, avait disparu.

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: