12:14 - October 17, 2021
Code de l'info: 3478386
Téhéran(IQNA)-Somayya Afifi est la première femme égyptienne, spécialiste de la langue russe en Égypte, au Moyen-Orient et en Afrique, et la première traductrice d’un commentaire coranique en russe. Toutes les traductions du Coran jusqu’à elle, étaient faites par des Russes et n’avaient pas l'exactitude de sa traduction.

Somayya Afifi a obtenu un doctorat de russe, à l'Université de Moscou en 1964, et a fait une première traduction du Coran en russe, qui est la traduction la plus utilisée parmi les musulmans des anciennes républiques soviétiques.

Somayya Afifi, après avoir obtenu un diplôme de langue et de littérature anglaises en 1956, a reçu une bourse d'études de l'Égypte pour poursuivre ses études dans l’ex-Union soviétique. Dans le temps, elle épousa Abdolazim Abbas, chef du département de chimie à l'université d'Ain Shams.

En Russie, en plus de consacrer 30 heures par semaine à l'apprentissage du russe, elle étudie la philosophie et obtient son doctorat en 1964, à l'Université de Moscou.

Yasser et Khalid, ses deux fils qui passent leur doctorat, ont évoqué la planification minutieuse de leur mère pendant ses études « qui ne l'ont jamais empêchée de s'occuper de la maison, ni de préparer les repas ».

Somayya Afifi est retournée en Égypte en 1964. Les relations égypto-russes se développaient à l'époque, et plusieurs départements avaient besoin de traducteurs. Elle était également chargée d'étudier la presse égyptienne pour le président égyptien, jusqu'en 1978, et lors de conférences internationales, était responsable de la traduction immédiate du russe vers l'arabe et vice versa. Elle a également travaillé comme traductrice pour la présidence égyptienne. En 1969, elle est nommée cheffe du département de langue russe à l'École des langues étrangères du Caire. Elle préside le Groupe des langues slaves entre 1973 et 1981, qui comprenait les langues tchèque, hongroise et russe. Au début des années 1980, Somayya Afifi traduisit des œuvres de littérature russe et plusieurs pièces de théâtre et contes pour enfants en arabe. En plus d'être professeure de thèses de doctorat et de master, elle a elle-même, mené plusieurs études scientifiques dans le domaine de la langue et de l'enseignement du russe, langue étrangère.

Somayya Afifi a enseigné en tant que professeure assistante à la Faculté des langues étrangères du Caire et en 1985, a obtenu une maîtrise d’enseignement de l'anglais à l'Université américaine du Caire.

Somayya Afifi a publié 40 études en russe, arabe et anglais, dans divers domaines, et a traduit plusieurs livres littéraires du russe vers l'arabe et vice versa. Mais ce qui la distingue des autres traducteurs, est sa traduction du Saint Coran en russe de 24 parties du Saint Coran, complétée par Abdul Salam Mansi.

Elle a également traduit plusieurs livres religieux islamiques en russe en 1990, dont quatre livrets sur le culte islamique, la prière, la zakat, le jeûne, le Hadj et l’Omrah, pour le Conseil suprême égyptien des affaires islamiques, qui ont été bien accueillis dans les républiques musulmanes de l'ex-Union soviétique, le livre «العقيدة الصحيحة و نواقض الإسلام» du Cheikh Abdul Aziz bin Baz, et le livre «حقائق الإسلام في مواجهة شبهات المشككين» d’Hamdi Zakzouq,

Le ministère égyptien des dons lui a également demandé de traduire en russe, le livre « Al-Muntakhib Fi Tafsir Ma'ani Al-Quran Al-Karim ». Somayya a consacré cinq ans de sa vie à la traduction de cet ouvrage, en étudiant et en examinant les diverses interprétations, sous la direction des conseils des savants d'Al-Azhar. Pour ce faire, elle a passé la plupart de son temps à la maison et a réduit ses activités pour fournir une traduction du Saint Coran à 70 millions de musulmans des anciennes républiques soviétiques, victimes de la répression du communisme pendant des années.

En 1995, à l'âge de la retraite, elle continua à enseigner à l'École des langues étrangères de Russie.

Afifi qui est décédée en 2005, à l'âge de 70 ans, a reçu un certain nombre de prix pour ses recherches dans le domaine de la traduction et de la propagande islamiques, notamment :

Le Prix de l'Université Ain Shams en 2000

La Médaille des Sciences et des Arts de la République d'Egypte en 1995

Le Prix Pouchkine de littérature décerné par l'Union internationale des professeurs de langue et de littérature russes en 1985

Le Prix de l'Université Ain Shams pour les études exceptionnelles en 1975

Parmi ses autres activités, elle était membre du comité de traduction du Conseil suprême des affaires islamiques, organisait des conférences sur les méthodes d'enseignement de l'arabe aux étudiants des anciennes républiques musulmanes soviétiques, assistait à de nombreuses conférences scientifiques et de recherche, enseignait la traduction aux étudiants musulmans des anciennes républiques soviétiques vivant en Égypte, qui après quatre ans, devenaient des traducteurs pour leurs ambassades au Caire, et organisait des conférences sur la traduction, à l'Université d'État des études orientales de Tachkent, en République d'Ouzbékistan en 1999. Elle a aussi créé un centre d'études linguistiques russes en Égypte, organisé et supervisé des cours intensifs d'enseignement de la langue russe dans diverses institutions égyptiennes des Forces armées, dans des usines et des entreprises du ministère de l'Industrie.

 

3992190

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: