6:42 - February 24, 2022
Code de l'info: 3479888
Téhéran(IQNA)-Le Conseil des femmes islamiques a déclaré à une audience coronale sur les attaques de la mosquée de Christchurch que les musulmans sont toujours en danger d'être ciblés par des terroristes en Nouvelle-Zélande.

L'audience coronale examine les derniers moments de la vie de 51 musulmans assassinés lors des attaques terroristes de Christchurch le 15 mars 2019.

L'enquête a été ouverte pour répondre à toutes les questions restées sans réponse à la suite de l'enquête criminelle et du processus de poursuite et de la Commission royale d'enquête.

Son objectif est d'établir les circonstances des décès et de formuler des recommandations pour réduire les chances que d'autres attaques se produisent dans des circonstances similaires.

L'Islamic Women's Council a demandé à la coroner Brigitte Windley d'examiner le rôle de la radicalisation sur les plateformes numériques dans le cadre de l'enquête.

Le tireur australien qui a perpétré les attentats s'est plongé dans des contenus d'extrême droite en ligne.

Aliya Danzeisen, coordinatrice nationale du Conseil, a déclaré aujourd'hui à l'audience du coroner que le Conseil estime que des vies innocentes auraient pu être sauvées si les autorités avaient fouillé dans la vie virtuelle du terroriste.

"Si l'empreinte numérique complète du terroriste avait été examinée et efficacement modérée par ces plateformes, elles auraient remarqué un modèle de comportement inquiétant et elles auraient pu soit le rediriger vers des contenus socialement acceptés, soit alerter les autorités, mais il semble qu'elles aient choisi d'ignorer cela pour leurs résultats financiers."

Selon elle, les musulmans risquent toujours d'être pris pour cible par des terroristes en Nouvelle-Zélande.

La direction du conseil a été menacée d'empoisonnement, de viol et d'être tuée depuis le massacre.

"Il existe un danger clair et présent en Nouvelle-Zélande qu'une autre attaque similaire à celle du 15 mars puisse se reproduire.

"Les autorités l'ont confirmé au cours des derniers mois et même au cours des deux dernières semaines. Par exemple, le commandant de la police de Wellington a reconnu ce risque", a-t-elle déclaré lors de l'audience.

Le conseil a soulevé à plusieurs reprises une augmentation alarmante de la haine et du harcèlement en ligne avec le gouvernement et les entreprises de médias, a-t-elle dit.

Cependant, les plateformes numériques n'ont pas voulu ou pu s'attaquer à la radicalisation en ligne.

La Fédération des associations islamiques souhaite que le coroner examine de plus près les manquements de la police en matière de permis de port d'arme.

La Commission royale d'enquête sur la fusillade a constaté que la police n'avait pas su gérer correctement le système d'octroi de permis, qui était laxiste, facile à exploiter et manipulé par le tireur.

Le porte-parole de la Fédération, Abdur Razzaq, a déclaré à l'audience que le tireur aurait pu abandonner ses plans s'il n'avait pas eu de permis.

Un avocat de la police a déclaré à l'audience coronale que la question du permis de port d'arme a été traitée de manière juste et équitable par la commission royale.

Toute l'audience du coroner se déroule à distance, par liaison vidéo, en raison du risque de Covid-19.

Elle devrait se terminer demain. 
taghribnews

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: