9:25 - May 23, 2022
Code de l'info: 3480771
Téhéran(IQNA)-Le géant français du ciment Lafarge a perdu son dernier appel et fera l'objet d'un procès très médiatisé dans une affaire sans précédent qui pourrait obliger les entreprises occidentales à cesser de fermer les yeux sur le terrorisme.

Selon PressTV, Lafarge sera jugé pour complicité de crimes contre l'humanité en Syrie. Il est accusé de travailler avec le groupe terroriste Daech pendant des années dans le nord de la Syrie, le béton produit dans leur usine étant utilisé dans les infrastructures du champ de bataille dont les terroristes avaient besoin pour entretenir les troubles.
 
La société sera jugée pour financement du terrorisme - pour avoir prétendument versé 13 millions d'euros à des groupes terroristes de 2010 à 2014, soi-disant pour assurer la sécurité de leur usine. Elle est également accusée d'avoir mis en danger la vie d'autrui, d'avoir mis en danger ses 11 employés syriens. Le procès initial a été intenté par l'ONG française Sherpa au nom des travailleurs.
 
Après l'éclatement du scandale, Lafarge a fusionné avec le géant suisse Holcim, mais huit dirigeants de Lafarge seront désormais traduits en justice. Des témoignages divulgués de dirigeants de Lafarge révèlent que le ministère français des Affaires étrangères était au courant tout le temps, disant à Lafarge de « tenir bon » et que « tout irait bien ».
 
L'affaire va probablement s'éterniser pendant des années, mais Laurent Fabius, poids lourd politique de longue date et ancien ministre des Affaires étrangères, pourrait être appelé à témoigner. En 2012, il a fait l'éloge tristement célèbre d'al-Nosra, la filiale d'Al-Qaïda en Syrie, pour "avoir fait du bon travail sur le terrain", et probablement avec le béton de Lafarge.

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: