6:35 - October 06, 2019
Code de l'info: 3470767
Mardi 24 septembre, la chaîne de télévision ARTE diffusait un reportage sur l’humanitaire musulman. Plutôt manichéen et comportant quelques approximations ou erreurs, ce documentaire n’en était pas moins intéressant, en ce qu’il donnait à voir une réalité peu connue.
Bad Muslims versus Good Muslims
Manichéen. On regrettera en effet l’opposition primaire et facile opérée par les réalisateurs Olivier Jobard, Claire Billet et Constance de Bonnaventure entre un gentil Secours islamique France (SIF) versus une méchante association allemande Ansaar International : le premier est loué pour sa distance assumée vis-à-vis du religieux, le second critiqué tout au long du reportage précisément pour son choix là aussi assumé de faire de l’humanitaire hors de la définition séculaire adoptée par les organisations traditionnelles.
 
“Selon le code conduite de la Croix-Rouge, ce n’est plus de l’humanitaire, mais Abdurrahman assume son prosylétisme”, martèle la voix off. Ou encore : “Abdurrahman [d’Ansaar international, ndlr] ne cache pas son jeu, il le met en scène. Contrairement à lui Nadia [bénévole au SIF] a choisi la discrétion. Leur chemin vers Allah ne sont pas les mêmes.”
 
Sur le site d’ARTE, le texte de présentation est à cet égard clair : “Ils ont en commun de brandir l’humanitaire comme un devoir religieux, mais ne considèrent pas tous l’islam politique de la même façon : le SIF s’en méfie, tandis qu’Abdurrahman et son association, radicaux, sont dans le collimateur des services secrets allemands.”
 
Malgré tout, cette suspicion est mise en balance avec les interventions de Rony Braumann, président de Médecins sans Frontières de 1982 à 1994, dont la remarque suivante clot le documentaire : “Ce sont pour l’essentiel des organisations confessionnelles qui, l’immense majorité, apportent des secours dont ont cruellement besoin les Syriens bombardés dans des conditions que l’on sait connaissons. Je ne vois pas au nom de quoi je condamnerais cela.”
 
Les musulmans, des donateurs très généreux
Intéressant. Ce documentaire est malgré tout intéressant, car comme dit plus haut il donne à voir une réalité peu connue, résumée par les chiffres suivants : créée en 1991 et engagé dans plus de 30 pays, le Secours islamique France, qui emploie 600 salariés, a un budget annuel de 46 millions d’euros pour un total de 70 000 donateurs.
al-kanz
Prénom:
Email:
* Commentaire: