L'ayatollah Khamenei :
8:59 - November 28, 2019
Code de l'info: 3471230
"Un vaste complot très dangereux pour lequel des milliards de dollars avaient été dépensés et qui devrait se traduire dans les faits bien rapidement a été déjoué par le peuple iranien", a affirmé le guide suprême de la révolution islamique.
Lors d’une audience accordée le mercredi 27 novembre à Téhéran, aux milliers de forces de mobilisation populaire (Basij), le Leader de la Révolution islamique l’honorable Ayatollah Khamenei a évoqué les récents troubles qui ont marqué les protestations contre la hausse du prix de l’essence pour dire : « Un vaste et dangereux complot vient d’être déjoué par le peuple iranien. Un complot pour lequel des milliards de dollars et des centaines d’heures de travail avaient été consacrés et qui devait se traduire dans les faits très rapidement. »
 
Dans une partie de ses propos l’honorable l’Ayatollah Khamenei s’est exprimé en ces termes :
 
« Je m’engage à exprimer mon profond respect et mes sincères remerciements à l’adresse de la grande nation iranienne pour sa grande mobilisation en faveur de l’État, de la sécurité et de la stabilité. La nation iranienne a une nouvelle fois véritablement prouvé combien elle est puissante et grandiose. Un vaste complot très dangereux pour lequel des milliards de dollars avaient été dépensés et qui devrait se traduire dans les faits bien rapidement a été déjoué par le peuple iranien. Il s’agissait d’une mouvance qui devait, au nom des protestations contre la hausse du prix de l’essence, sommer destruction, mort et instabilité mais elle a échoué… Et bien les forces de l’ordre et le Corps des gardiens de la Révolution (CGRI) ainsi que les forces basijies sont entrés en scène et ont accompli de la meilleure manière qui soit leurs devoirs. Mais ce qu’a fait la nation iranienne ces sept derniers jours s’est avéré encore plus efficace et plus important que n’importe quel devoir sécuritaire. Ce mouvement populaire a commencé à Zanjan et à Tabriz (Nord-ouest de l’Iran) et s’est étendu par la suite à toutes les grandes villes du pays en passant par les villages les plus lointains pour rassembler enfin à Téhéran des millions d’hommes et de femmes, et ce en soutien à l’Ordre islamique. Cet ennemi qui surveille derrière ses écrans nos démarches comprend parfaitement le sens de cette vaste mobilisation. Il en prend note et se voit dans l’obligation de faire marche arrière. »
 
Plus loin dans ses propos, le Leader de RII est revenu sur le concept de Basij, né aux premières années de la Révolution iranienne en Iran, en agissant en complémentarité avec l’armée régulière. Un Basij qui fait des émules dans des pays comme le Liban, l’Irak et le Yémen où les forces armées souveraines rejettent les ingérences occidentales. L’idée du Basij n’est importée de nulle part c’est une idée fondée sur une pensée révolutionnaire et islamique qui est venu à l’esprit du fondateur de la Révolution islamique, le défunt imam Khomeiny (que son âme repose au paradis), une idée qui sous-tend de loin le plus grand réseau de dimension culturelle, sociale et militaire au monde. Et c'est ce Bassij qui a déjoué ce complot. Dans les pays dits riches, dominés par l’arrogance, des gens meurent de faim dans les rues. En été, ils meurent de chaleur et en hiver de froid. Il y a une grosse partie de la richesse nationale qui va à une minorité restreinte et le reste de la population doit se tuer à la tâche pour survivre. Pour le reste, ce même ordre hégémonique ne lésine sur rien pour infliger les plus grandes injustices aux peuples à travers le monde. Cet ordre hégémonique est aussi contre l’indépendance. L’indépendance dans les sens d’une liberté totale dans les prises de décisions et une souveraineté complète dans leur mise en œuvre. Or, l’hégémonie ne tolère pas cette indépendance et cette liberté. Elle fait tout pour la contrer ; une fois au nom du colonialisme et une autre fois sous forme de néocolonialisme, « de guerre soft » en ayant recours aux forces militaires. Le face-à-face entre cet ordre hégémonique d’une part et l’ordre islamique de l’autre est inévitable. Ce face-à-face peut ne pas être de nature militaire, mais il est inévitable. Car quand l’islam devient un ordre politique et se matérialise à travers un État, composé d’une armée, des institutions étatiques, l’ordre hégémonique ne peut que lui être hostile. Dans ce cas, cette hostilité est moins dirigée contre un parti ou une formation politique que contre un système politique, en l’occurrence iranien. Un système qui est solide et préside au destin de plus 80 millions de personnes et qui possède tous les atouts pour être une puissance émergente.
presstv
Prénom:
Email:
* Commentaire: