9:38 - January 05, 2020
Code de l'info: 3471599
Une employée d’un restaurant Chicken Express au Texas a été victime de discrimination religieuse lorsqu’un responsable l’a renvoyée chez elle pour avoir refusé d’enlever son hijab.
Stefanae Coleman, 22 ans, est arrivée au travail lundi en portant un hijab pour la première fois. Récemment convertie à l’Islam, elle a dit qu’elle était ravie de revêtir son voile islamique et esperait que ses collègues lui apporteraient leur soutien.
 
Mais la mère célibataire s’est sentie « déconcertée et très bouleversée par le manque de respect » infligé par son manager lorsqu’il lui a dit qu’elle ne pouvait pas porter le hijab au travail, citant les exigences du code vestimentaire de la chaîne de restauration rapide.
 
« Une fois que je suis arrivée, le manager a dit  » Retirez tout ce qui n’implique pas Chicken Express – Je savais qu’il parlait de mon hijab », a déclaré Stefanae Coleman à CNN.
 
Alors je n’ai pas réagi, je suis juste allée à l’arrière et j’ai enlevé ma veste et mon sac à main. Cinq minutes plus tard, il m’a convoqué dans son bureau en me disant que je devais l’enlever parce que ça ne faisait pas partie de l’uniforme
 
Le responsable a ajouté: « Le travail nécessite un uniforme spécifique. (Le hijab) ne fait pas partie de l’uniforme ; vous, en tant qu’employée rémunérée, ne pouvez pas le porter. »
 
Il précise que « seuls les chapeaux ou visières Chicken Express peuvent être portés ».
Stefanae Coleman a travaillé pendant trois mois dans ce restaurant de Saginaw, une banlieue de Fort Worth aux Etats-Unis. Elle a capturé l’échange avec le manager dans deux vidéos, qu’elle a publié sur Twitter.
 
Un avocat représentant la franchise a déclaré que c’était une « erreur » et que Stefanae Coleman « n’était pas victime de discrimination pour sa décision de porter un voile ou pour être musulmane ».
 
L’employée a été payée pour les heures qu’elle aurait effectuées si elle n’avait pas été renvoyée chez elle. De surcroît, le magasin prévoit de réécrire son code vestimentaire et d’améliorer la formation afin que les autres employés qui choisissent de porter des vêtements religieux sachent qu’ils sont libres de le faire.
 
Stefanae est finalement retournée au travail le lendemain et a reçu des excuses de la part du responsable du restaurant. Elle reste tout de même traumatisée par cette altercation :
 
« Je n’aurais jamais pensé que cela m’arriverait », a déclaré Stefanae. « Je le vois tout le temps dans les actualités, mais je n’ai jamais pensé une seule fois que je serais renvoyée chez moi à cause de cela. »
alnas
Prénom:
Email:
* Commentaire: