8:26 - March 16, 2020
Code de l'info: 3472280
Téhéran(IQNA)-Aux côtés des mesures prises par le gouvernement marocain, les autorités sanitaires et les institutions officielles pour lutter contre la propagation du nouveau Coronavirus, plusieurs citoyens se sont mobilisés volontairement pour mener le combat de la sensibilisation aux bonnes pratiques afin de se protéger et de protéger les autres des dangers d'un virus qui a fait des milliers de victimes à travers le monde.

 
Des médecins qui "détiennent tout logiquement" le savoir-faire scientifique, en passant par les artistes dont la portée des messages est facilement appréhendée par le grand public, en arrivant à la religion, composante essentielle de la vie de tous les jours, l'ensemble des Marocains se sont montrés prêts à lutter contre ce nouveau virus, qui devient de plus en plus inquiétant, alors qu’il vient d’être qualifié de "pandémie" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
 
Ainsi, la définition du virus, l’identification de ses symptômes, les catégories les plus vulnérables, les moyens de prévention et le changement du mode de vie et de comportement, ainsi que la lutte contre les fake news qui instaurent un certain climat de terreur et d’insécurité sont un ensemble de missions que les Marocains "porteurs d’espoir" ont décidé de mener.
 
Dans ce sens, le chirurgien Aymen Boubouh qui vient de publier une vidéo de sensibilisation a indiqué que le combat contre ce virus doit être mené surtout par rapport à notre mode de vie et contre les fake news, notant qu’il faut protéger les personnes au faible système immunitaire et conjuguer nos efforts pour que "tout se passe bien".
 
Dans une publication sur sa page Facebook, Aymen Boubouh a écrit : "Heureusement, ce virus, qui appartient à la famille des virus qui causent le rhume, est apparu à la lumière d'un développement scientifique et médiatique majeur", ce qui signifie qu'il peut être traité d'une manière efficace, contrairement aux autres épidémies que l'humanité a rencontrées dans le passé, en l'occurrence la "pandémie de la grippe espagnole" (1918), qui a tué plus de cinquante millions de personnes, et l'épidémie de la peste noire au cours du XIVe siècle, que les gens ont affrontée avec des méthodes primitives."
 
Boubouh, qui est aussi écrivain et blogueur, a souligné que la particularité du Coronavirus réside dans sa capacité de transmission, soulignant que c'est une maladie qui n'entraîne pas de nombreux décès (environ 3% des personnes infectées), mais qui provoque, en revanche, beaucoup de peur, de chaos, de rumeurs et d'intimidation.
 
Il a estimé que "la bataille que nous allons mener au cours des semaines et des mois à venir est celle des rumeurs et de tout ce qui pourrait affaiblir notre immunité, comme la tension, le stress, le manque de repos, le manque de sommeil, le manque d’exercices sportifs, le tabagisme, la dépendance à l'alcool, la mauvaise alimentation et la négligence de l'hygiène personnelle."
 
Il a appelé, à cet égard, à réduire les poignées de mains, à se laver les mains et à réduire les contacts physiques avec les personnes atteintes de maladies chroniques et les personnes âgées afin de les protéger le plus possible car elles sont les plus vulnérables aux complications de cette maladie.
 
Suivie par environ 500.000 utilisateurs de Facebook, l'influenceuse et humoriste Loubna Jaouhari a également pris part à la bataille de la prise de conscience de la gravité de la transmission du Coronavirus à travers un clip vidéo hilarant qu'elle a publié sur sa page et qui ne dépasse pas une minute et dix secondes, mais qui est plein de messages et de conseils sur la prévention contre l'infection par ce virus. Dans cette séquence vidéo, qui a réalisé plus de 118.000 vues et a été partagée par plus de 2500 usagers en 6 heures seulement, Jaouhari relate avec ironie les mauvaises habitudes répandues chez les citoyens, qui contribuent à la propagation du virus, et qu'il faut éviter.
 
Loubna Jaouhari qui a utilisé dans cette vidéo un antiseptique pour les mains a appelé également à adopter le même comportement pour éliminer la contamination par des virus ou des bactéries, appelant à ne pas sous-estimer la capacité du virus à infecter les gens. Elle a également mis en garde contre un certain nombre de fausses informations concernant la propagation du nouveau coronavirus, comme son incapacité de se propager dans les zones arides.
 
Examinant le "choc" du Covid-19 du côté religieux et spirituel, le chercheur et académicien spécialiste dans les études islamiques et le soufisme, Mohamed Thami Harrak, a fait observer à cet égard, le "besoin renouvelé" de la culture de la solidarité à l'intérieur de la société, et entre les différents pays et cultures, pour faire face à "l'égoïsme et à l'individualisme" qui contribuent à la prolifération de l'épidémie et l'affaiblissement de la capacité collective pour l'affronter.
 
Thami Harrak, animateur de l'émission "joul tara lmaani", diffusée sur la radio Mohammed VI du Saint Coran, a estimé que "ce qui est demandé aujourd'hui c'est la revalorisation du patrimoine islamique et spirituel pour apaiser l'esprit humain et réinvestir dans le sens spirituel de son existence.
 
"Il s'agit de transformer cette énergie spirituelle en valeurs visibles et en culture de solidarité dans un cadre humain universel permettant d'affronter l'épidémie moralement, scientifiquement et socialement", a assuré M. Harrak.  Il a, par ailleurs, relevé l'importance de promouvoir l'espoir et la solidarité humaine demandée "dans ses moments difficiles", pour le monde, et ne pas sous-estimer les dimensions culturelles, spirituelles et scientifiques pour fonder des sociétés et des pays.
Tags: coronavirus ، médecine ، religion ، Maroc ، art
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: