11:14 - April 26, 2020
Code de l'info: 3472664
Téhéran(IQNA)-Changer de mode de vie pour les musulmans pendant le ramadan de cette année, n'est pas un choix mais une urgence, en raison de l’épidémie mondiale du coronavirus et du confinement. En attendant, la technologie et les affaires religieuses se sont alliées pour répondre aux besoins des musulmans à jeun dans le monde.
Avec l'épidémie du coronavirus dans de nombreux pays et la mise en œuvre de la loi sur la distanciation sociale, le Ramadan sera célébré de manière différente cette année, avec l'impossibilité d'organiser des iftars, les réunions de prière dans les mosquées, et les cercles coraniques. 
 
La majorité des ulémas ont publié de nombreuses fatwas et messages, sur la nécessité de jeûner pour ceux qui n'ont aucune excuse, et ont demandé aux gens de faire leurs prières à la maison.
استقبال از رمضانی متفاوت در سایه کرونا
Ali al-Shaabani, chercheur qatari en sciences sociales, a expliqué le changement des coutumes musulmanes pendant le ramadan cette année, et déclaré : « Changer les habitudes des musulmans pendant le ramadan cette année, n'est pas un choix mais une urgence en raison du confinement ».
 
Ali al-Khalifa, citoyen qatari, a déclaré : « Les coutumes du Ramadan sont chères à nos cœurs et nous les attendons avec impatience chaque année, mais la vie des gens et leur santé sont plus importantes et nous adhérerons tous à ces mesures préventives. La protection de la vie est une des nécessités de l'islam et a poussé les religieux à insister sur le respect des règles dans leurs messages pendant ce mois sacré ».
استقبال از رمضانی متفاوت در سایه کرونا
Sultan Thanian, un autre Qatari, soulignant les différences entre le Ramadan de cette année et des années précédentes en raison de l'apparition du coronavirus a déclaré : « Nous pouvons rester plus longtemps à la maison pour lire le Coran et cela nous rapproche de Dieu. De plus, l’obligation de rester à la maison est une occasion pour être en famille et enseigner les règles religieuses et la piété ».
 
En Indonésie également, les musulmans remplacent les visites par des appels sur les réseaux sociaux. « Cette année, au lieu d’aller dans ma ville natale pour l'Aïd al-Fitr, je rencontrerai ma famille sur Internet », a déclaré Barabov, citoyen indonésien.
 
Les problèmes économiques, l'effondrement des entreprises et la baisse des revenus dans tous les pays, sont d'autres conséquences du virus et la suppression des emplois n’est pas sans effet sur l’organisation des dîners d’Iftar en famille.
 
« Les gens ne viennent plus dans les centres commerciaux et les magasins pour faire du shopping parce qu'ils ont peur de tomber malades », a déclaré Samir al-Khatib, propriétaire d'un magasin à côté de la mosquée égyptienne Seyedeh Zainab. « Cette année a été la pire année pour moi. Je n'ai même pas gagné le quart de ce que j’ai gagné l'année dernière ».
 
Bien sûr, les organisations caritatives de nombreux pays tentent d'aider les familles dans le besoin et les gens qui ont perdu leur emploi, en distribuant des dons et des produits alimentaires. 
 
Tout le monde reconnaît que le non-respect de la distanciation sociale et des mesures de précaution de l'Organisation mondiale de la santé et des centres de santé rendra inefficace les efforts qui ont été faits pour lutter contre ce virus mortel, ce que ni la raison ni la religion n'acceptent.
 
Mais cela ne signifient pas la suspension de toutes les affaires religieuses et sociales. De nombreux centres éducatifs et coraniques ont tenté de réduire les effets négatifs de la distanciation sociale et de la fermeture des salles de classe, en organisant des cours en ligne, et de nombreuses compétitions coraniques sont organisées dans le cyberespace et les réseaux sociaux. 
استقبال از رمضانی متفاوت در سایه کرونا
Bien que cela ne puisse pas remplacer l'atmosphère spirituelle des mosquées et des sanctuaires, et les discours des religieux, cela peut atténuer une partie du chagrin des croyants dans la situation actuelle. 
Le virus a coûté la vie à de nombreuses personnes et causé de nombreuses difficultés, mais il a aussi été un facteur d'unité entre les adeptes des différentes religions et confessions. Aujourd'hui, les adeptes de toutes les religions célestes prient dans l’unité, ce que nous n’aurions pas pu réaliser dans des circonstances normales.

3893197

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: