8:15 - August 08, 2020
Code de l'info: 3473732
Téhéran(IQNA)-Seyyed Hassan Nasrallah a qualifié l’explosion de Beyrouth de « grande catastrophe humanitaire » et a fait part de la disponibilité du Hezbollah d'aider le gouvernement libanais à sortir de la crise.
Lors d'un discours vendredi, 4 jours après la double explosion à Beyrouth, Seyyed Hassan Nasrallah a présenté ses condoléances aux familles des victimes et aux survivants de la double explosion de Beyrouth, souhaitant un prompt rétablissement aux blessés.
 
Pour le secrétaire général du Hezbollah, il s'agit d'une "grande catastrophe, bien dangereuse aux dimensions sociales, sanitaires, économiques". Seyyed Hassan Nasrallah a évoqué la solidarité nationale qui s'impose dans des moments pareils, mais (une solidarité nationale qui) a été foulée au pied par "des courants libanais et étrangers, les médias et les forces politiques" qui " cherchent à en accuser le Hezbollah" et ce "aux premières heures après les explosions : " Ces courants ont prétendu que les explosions ont visé les entrepôts de missiles du Hezbollah. Mais ces explosions n'ont aucun rapport avec le Hezbollah et c'est là une accusation criminelle à l'encontre de la Résistance. Le Hezbollah rejette puissamment et avec sérieux la présence de tout missile ou explosif lui appartenant, à Beyrouth ni au moment des explosions ni avant ni maintenant".
 
Le secrétaire général du Hezbollah s'est penché ensuite sur un autre angle d'attaque contre la Résistance prônée par la presse mainstream la supposée gestion ou surveillance du port de Beyrouth par le Hezbollah : "Jamais le Hezbollah n'a géré ni surveillé ce port pour avoir à en répondre aujourd'hui. Le Hezbollah ne connaît rien au flux de transit à Beyrouth ni non plus de ce qu'il contient. D'aucuns disent que le Hezbollah connaît mieux Haïfa que Beyrouth. Eh bien oui puisque c'est là une cible qui relève de notre responsabilité, ce qui n'est pas le cas de Beyrouth. Haïfa fait partie de notre doctrine militaire, pas Beyrouth. "
 
Le secrétaire général du Hezbollah est revenu aussi sur l'hypothèse d'attaque contre le port évoqué au lendemain des explosions par Donald Trump : « Après que Trump eut retiré ses propos sur une attaque terrible contre Beyrouth, certains ont pointé du doigt le Hezbollah. Suivant le principe de matraquage médiatique qui dit " s'obstine à mentir on finira par croire".»
 
" Il y a des parties qui cherchent à instrumentaliser les explosions de Beyrouth, mais le Hezbollah insiste pour qu'on cesse les règlements de compte politiques, claniques. Ce n'est pas le moment. J'appelle tous les Libanais à condamner ces tentatives médiatiques de vouloir provoquer dans le contexte la guerre civile. Mais cessez cette honteuse campagne, occupez-vous à panser les plaies. La réponse à ces accusations le Hezbollah la donnera plus tard quitte à prouver le mensonge l'illusion dont se nourrissent certains. "
 
Dans son discours le secrétaire général du Hezbollah a demandé aussi que toute la lumière soit faite sur les deux explosions qui ont dévasté Beyrouth : " Que les responsables qui l'ont causé d'une manière ou d'une autre soient jugés... car il en va de la viabilité de l'État... à quoi bon si nos institutions étatiques ne parviennent pas à faire la lumière sur cette catastrophe si grande qui a affecté toutes les confessions, toutes les strates de la population. Une enquête transparente, juste et publique est une nécessité. Toutes les institutions y compris l'armée et le Parlement ont leur part à jouer dans l'identification et le jugement des responsables. La catastrophe actuelle n'est pas un simple incident sur quoi on puisse spéculer, philosopher et faire le jeu de tel ou tel parti ou telle ou telle confession. Toute la vérité doit être révélée sans considération aucune pour quel que partie que ce soit sinon le Liban plongera dans une crise existentielle. "
 
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: