8:32 - August 09, 2020
Code de l'info: 3473739
Téhéran(IQNA)-Plus de 80 marques sont impliquées dans l’exploitation de la minorité. Elles sont pour la majorité issues de la mode on compte notamment H&m, Zara, Calvin Klein et NIKE.
Constamment au cœur de la polémique aujourd’hui la mode se trouve dans un scandale qui atteint particulièrement la communauté musulmane. En effet suite à l’enfermement des ouïghours. La population turcophone musulmane compte entre 1 à 3 millions de personnes issues de sa communauté dans des camps de concentrations. Ils y sont forcés à concevoir des objets destinés à être vendus. Son taux de naissance a chuté de près de 80% de 2017 à 2019.
 
De plus, 1 vêtement sur 5, contient du fil produit dans la région Xinjiang ( lieu ou ils sont actuellement enfermés.) La consommation ces marques fait de nous un complice de crime contre l’humanité. Plusieurs ONG ont d’ailleurs appelé au boycott des marques inscrites dans la « liste de la honte ».
 
 
La situation politique de la chine lui permet de passer ses actes sous silence. La France et les États-Unis ont ordonné l’arrêt immédiat de ces pratiques.
 
Trump a promulgué une loi prévoyant de sanctions à l’encontre des responsables. Le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a demandé l’autorisation d’observateurs internationaux indépendants dans le Xinjiang.
 
Mais la Chine a déclaré que ces événements relèvent des affaires intérieures du pays qu’elles ne regardent pas la communauté internationale. Au même titre que les États-Unis en 2003. La Chine a débarqué sur le territoire ouïghour en prétendant une lutte contre le terrorisme.
 
Malgré sa puissance les langues se délient, plusieurs ouïghours prennent la parole et dénoncent les cruautés qui se passent au nord Ouest du pays. L’Eurodéputé Raphaël Glucksmann est très engagé dans la cause et a mené plusieurs négociations avec les marques qui ont des sous-traitants dans la région du Xinjiang. Pendant que le géant Adidas s’est engagé a cesser ses activités dans la région, Nike a refusé les exigences visant à mettre fin au travail forcé des ouïghours.
 
Il mène également une compagne de sensibilisation pour informer sur l’évolution de la situation et partage différentes pétitions. Il est également organisateur d’un rassemblement qui aura lieu le 3 octobre sur Paris. Pour plus d’informations nous vous invitons à le suivre sur son compte.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: