7:47 - September 23, 2020
Code de l'info: 3474225
Téhéran(IQNA)-Au Yémen, plus les combattants d’Ansarallah avancent vers Maarib, plus l’Arabie saoudite multiplie ses contacts pour empêcher la chute de cette ville stratégique qui serait le dernier clou dans son cercueil.

Dans le même temps, les demandes se multiplient, sur l’échiquier international, pour trouver une solution politique à la crise au Yémen.

La semaine dernière, le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé, dans un communiqué, que le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, s’était entretenu, au téléphone, avec son homologue saoudien, Fayçal ben Farhan, concernant les dernières évolutions de la guerre au Yémen.

Selon des sources russes, Moscou pourrait faire le médiateur en demandant à Ansarallah de mettre fin à ses percées vers Maarib.

Les derniers contacts entre l’Arabie saoudite et la Russie ont eu lieu après que Riyad eut demandé aux pays membres de la coalition d’agression ainsi qu’au Pakistan et au Sénégal d’empêcher la chute de Maarib.

Toutes ces évolutions prouvent que l’Arabie saoudite a déjà échoué sur le champ de bataille où les militaires saoudiens, incapables de repousser les combattants d’Ansarallah, ont fui le chef-lieu de Maarib et en ont laissé le destin à leurs mercenaires.

Simultanément aux agissements de l’Arabie saoudite, le Royaume-Uni tente de mettre le dossier de Maarib sur la table du Conseil de sécurité afin d’empêcher, d’une manière ou d’une autre, la libération de Maarib par les Yéménites.

Ce que veut faire le Royaume-Uni n’est pas une nouveauté ; à chaque fois qu’Ansarallah accumule les succès, les représentants des membres permanents du Conseil de sécurité se réunissent à New York et réclament, à travers un communiqué, la relance d’un processus politique pour régler la crise au Yémen ; tous ces agissements démontrent comment les percées d’Ansarallah vers Maarib les préoccupent.

presstv

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: