Imran Khan :
8:51 - September 27, 2020
Code de l'info: 3474260
Téhéran(IQNA)-Dans un discours prononcé devant les Nations Unies, le Premier ministre pakistanais Imran Khan a qualifié le gouvernement nationaliste hindou de l’Inde de parrain de la haine et des préjugés contre l’islam, tout en dénonçant ses efforts pour cimenter le contrôle du Cachemire à majorité musulmane.

S’adressant à l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) vendredi, Khan a déclaré que l’islamophobie prévaut aujourd’hui en Inde et menace les quelque 200 millions de musulmans qui y vivent.

«Le seul pays au monde aujourd’hui où, je suis triste à dire, l’État parraine l’islamophobie, c’est l’Inde. La raison derrière cela est l’idéologie RSS qui gouverne malheureusement l’Inde aujourd’hui », a déclaré Khan dans un discours enregistré à l’AGNU, qui se tient pratiquement au milieu de la pandémie de coronavirus.

«Ils croient que l’Inde est réservée aux hindous et que d’autres ne sont pas des citoyens égaux.»

Le Premier ministre pakistanais a fréquemment critiqué la décision du gouvernement du Premier ministre Narendra Modi en août dernier de dépouiller le Jammu-et-Cachemire de son statut d’État, de supprimer sa constitution distincte et de supprimer les protections héritées en matière de terres et d’emplois.

La répression de la sécurité en Inde a déclenché des protestations et des experts indépendants nommés par l’ONU ont appelé le gouvernement indien à prendre des mesures urgentes.

L’Inde accuse le Pakistan d’armer et d’entraîner des rebelles qui luttent pour l’indépendance du Cachemire vis-à-vis de l’Inde. Le Pakistan nie l’accusation et affirme qu’il n’offre qu’un soutien diplomatique et moral aux rebelles.

La région du Cachemire est divisée entre l’Inde et le Pakistan, qui ont mené deux guerres sur le territoire tout en revendiquant la région dans son intégralité.

« Il n’y aura pas de paix et de stabilité durables en Asie du Sud tant que le différend du Jammu-et-Cachemire ne sera pas résolu sur la base de la légitimité internationale », a déclaré Khan, appelant à une solution pacifique et à l’annulation de la décision de l’Inde du 5 août.

Les habitants du Cachemire sous administration indienne, fortement militarisée, affirment que les forces de sécurité ont arrêté des milliers de jeunes hommes, fait des descentes dans les maisons, infligé des coups et des décharges électriques et menacé d’emmener et d’épouser leurs proches.

Des milliers de manifestants au cours de l’année écoulée ont été blessés lors d’attaques à balles de plomb, dont des centaines aveuglés d’un œil ou des deux.

Pendant sept mois, jusqu’en mars, la zone a été soumise à une panne de communication, les réseaux sociaux et l’accès Internet étant interdits.

« La communauté internationale doit enquêter sur ces graves violations et poursuivre le personnel civil et militaire indien impliqué dans le terrorisme d’État et les crimes graves contre l’humanité. »

Khan, comme il l’a fait dans son discours devant l’instance mondiale l’année dernière, a également condamné le ciblage des musulmans dans de nombreux pays et les provocations et incitations «au nom de la liberté d’expression».

«Les incidents en Europe, y compris la republication de croquis blasphématoires de Charlie Hebdo, sont des exemples récents», a-t-il déclaré.

Le magazine satirique français Charlie Hebdo a réimprimé ce mois-ci les caricatures du prophète Mahomet qui ont été publiées pour la première fois en 2015.

fr24news

Tags: Imran Khan ، ONU ، Inde ، islamophobie ، hindous
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: