8:51 - January 20, 2021
Code de l'info: 3475498
Téhéran(IQNA)-Le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a exprimé sa profonde préoccupation face à la décision d'Israël de construire 800 unités de colonies en Cisjordanie occupée, considérant que cela constituait une "violation flagrante".

C'est ce qui est ressorti d'un communiqué publié par le porte-parole de Guterres, Stephan Dujarric, dans la soirée du lundi.

Selon le communiqué, Guterres a exprimé "une profonde inquiétude face à la décision des autorités israéliennes de mettre en place des plans pour la construction d'environ 800 unités de colonies, dont la plupart sont situées en Cisjordanie occupée profonde".

Il a estimé que "l'établissement de colonies dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, n'a aucune légitimité juridique et constitue une violation flagrante du droit international".

Le communiqué a aussi averti que "l'expansion des colonies augmentait les risques d'escalade des affrontements, en sapant le droit du peuple palestinien à l'autodétermination et en érodant la possibilité de mettre fin à l'occupation et établir un État palestinien sur un territoire continu, souverain et viable, sur la base des frontières d'avant 1967".

Le Secrétaire général a exhorté Israël à "arrêter et revenir sur de telles décisions, qui constituent un obstacle majeur à la réalisation de la solution à deux États, et à une paix juste, durable et globale".

Israël a approuvé dimanche dernier la construction de 780 nouvelles unités de colonies en Cisjordanie, selon le mouvement israélien Peace Now.

Il s'agit de la seconde décision de construire des unités de colonies, prise ce mois-ci. Le 11 janvier dernier, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé la construction de 800 unités de colonies en Cisjordanie.

Dans des déclarations précédentes, Peace Now a rapporté que les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés ont doublé pendant le mandat du Président américain Donald Trump, qui se termine demain, mercredi.

Il est à noter que le processus de paix entre les parties palestinienne et israélienne est gelé depuis avril 2014, en raison du refus d'Israël de mettre un terme à la colonisation dans les territoires occupés et d'accepter les frontières de 1967 comme base de négociation pour fonder un État palestinien.

aa.com.tr

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: