14:41 - March 01, 2021
Code de l'info: 3475927
Téhéran(IQNA)-« Je ne pense pas qu'il existe une solution militaire à la montée de l'extrémisme en Afrique. Au contraire, la région a besoin de réformes économiques et politiques », a déclaré un analyste politique américain.

Ces dernières années, en particulier après la défaite du groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie, les activités de groupes similaires comme Al-Qaïda et Boko Haram se sont multipliées en Afrique, en particulier dans l'ouest du continent. L’existence de sources de revenus, la nature fragile des gouvernements africains en particulier en Afrique de l'Ouest, et une main-d'œuvre prête à servir les objectifs de ces groupes, ont fait de l'Afrique le nouveau bastion de Daesh et des groupes terroristes.

John Campbell, expert et chercheur en études politiques africaines au conseil des relations étrangères de Washington DC, est l'auteur d’un livre intitulé : « Nigeria and the Nation : Rethinking Diplomacy with the Postcolonial World », (Le Nigéria et l'État-nation : Repenser la diplomatie avec le monde postcolonial) publié en décembre 2020.

Campbell a été agent du service extérieur du Département d'État de 1975 à 2007, deux fois conseiller politique au Nigéria de 1988 à 1990, et ambassadeur de 2004 à 2007. Il a obtenu sa licence et sa maîtrise d’histoire à l'Université de Virginie, et un doctorat à l'Université du Wisconsin-Madison, sur « l'Angleterre du XVIIe siècle ».

Dans une interview pour l'Agence iranienne de presse coranique (IQNA), il a évoqué les racines et les raisons de la montée de l'extrémisme en Afrique de l'Ouest et déclaré : « Je ne pense pas qu'il existe une solution militaire à la montée de l'extrémisme en Afrique. Au contraire, la région a besoin de réformes économiques et politiques. Les développements militaires en Afrique subsaharienne occidentale, ont généralement des racines locales.

Le nombre de groupes impliqués dans ces questions ne doit pas être exagéré et nous devons faire une distinction entre les groupes militants et les groupes criminels organisés. En outre, des actes criminels, en particulier la contrebande d'armes et les enlèvements, existent depuis longtemps dans les zones où ces groupes opèrent, et il est très difficile de déterminer les actes criminels et politiques ou ceux influencés par la religion.

Cette région est très pauvre et une des régions les plus défavorisées du monde. Sa population a explosé et le changement climatique a modifié le schéma des migrations internes, touchant principalement les agriculteurs.

De plus, le gouvernement est très instable. Il faut donc rassembler tous ces facteurs et il est impossible de fournir une analyse simple de la situation actuelle extrêmement complexe. Aujourd'hui, la présence des Saoudiens est inférieure à ce qu'elle était il y a 20 ans, lorsque les organisations caritatives saoudiennes construisaient des mosquées et créaient des écoles islamiques.

Je pense que nous devons nous concentrer sur les facteurs locaux plutôt que sur les facteurs extérieurs. Le salafisme et la lecture salafiste de l'islam existent au Nigéria depuis plus de 20 ans et ont été introduits de diverses manières, non à cause de la présence des Saoudiens. Le gouvernement s'oppose à toute activité des chiites qui perturbe l'ordre public comme l'incident de 2016 dans l'État de Kaduna, qui fait toujours l'objet d'une enquête. Bien sûr, nous lisons tous les rapports maintenant, alors que le gouvernement nigérian précédent ne les avait pas publiés.

Au lieu de me concentrer sur l'Union africaine, je me concentre sur les organisations régionales de sécurité, en particulier la Communauté économique de l'Afrique de l'Ouest et la CEDEAO qui entretient des liens étroits avec l'Union africaine. Ces organisations peuvent fournir des installations et coopérer avec les États membres, et avoir des relations diplomatiques plus étroites.

Bien entendu, ce problème n’a pas de solution militaire et la région a besoin de réformes économiques et politiques. Le pays est confronté à une variété de défis dans une variété de contextes, mais il a une souplesse remarquable qui a sauvé le Nigéria de la guerre civile de 1967 à 1970 qui a fait 2 millions de victimes, et il a survécu grâce à l'économie pétrolière en plein essor. Bien sûr, il y a environ six mois, le prix du pétrole a presque atteint zéro et il a fallu beaucoup de temps pour le redresser, mais le pays a bien avancé depuis les années 60 et je pense que l'avenir du Nigéria sera positif.

3956413

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: