11:02 - April 11, 2021
Code de l'info: 3476311
Le projet de loi interdisant l’hijab pour les filles de moins de 18 ans en France, est contraire au slogan du gouvernement français de liberté, égalité et fraternité, au principe de justice et d'égalité, et aux droits des femmes.

La campagne actuelle visant à interdire l’hijab à toutes les filles de moins de 18 ans en France, dans le cadre d'un projet contre le séparatisme, est la dernière manifestation des relations tendues entre la France et l’hijab islamique, qui règnent depuis le 11 septembre.

Dans un article publié dans le journal britannique « The Independent », Braggie Agroval a écrit qu'essayer d'interdire l'utilisation du foulard et de l’hijab, contredit ce que la France affirme sur la liberté des femmes et ajoute : « C'est un mouvement qui est principalement basé sur des slogans anti-islamiques et renforce l'idée que toutes les femmes musulmanes sont opprimées, portent l’hijab contre leur gré et ont besoin d’une aide pour s'opposer à l'autorité des hommes ».

L'auteure souligne que la confrontation de la France avec l’hijab a en fait commencé en février 2004, lorsque l'Assemblée nationale française a entamé une série de débats pour adopter une législation visant à interdire les symboles religieux dans les écoles, y compris l’hijab islamique, la kippa juive et la croix sous forme de pendentif.

Un certain nombre d'États allemands ont interdit l'utilisation du foulard pour les enseignantes en septembre 2003.

En 2011, la France est devenue le premier pays au monde à interdire aux femmes de porter tout type de masque facial en public.

Durant cette période, des partis d'extrême droite - dont les républicains dirigés par Nicolas Sarkozy - et le parti du Front national dirigé par Marine Le Pen, ont entamé un dialogue national axé sur la situation des musulmans en France et l'héritage chrétien.

En 2014, la Cour européenne des droits de l'homme a confirmé la loi française interdisant la burqa, affirmant que la France n'avait pas violé la vie privée de ses citoyens musulmans ni leur liberté d'expression et de croyance, et en 2016 dans plusieurs villes côtières françaises, les maillots de bain qui couvrent le corps, utilisés par des femmes musulmanes, ont été interdits sur les plages.

L'auteure voit la nouvelle proposition d'interdire l'usage de l’hijab en France, comme un autre maillon de cette politique raciste qui vise les musulmans en général et musulmanes en particulier, et les prive de leurs droits sous prétexte de respecter les valeurs de la République française.

Selon l'auteure, une grande partie de cette mentalité est due à l'héritage impérialiste de la France qui occupait de nombreux pays musulmans d'Afrique et du Moyen-Orient au cours du XXe siècle, et a cherché à séparer l’islam et la langue arabe des affaires publiques. Selon elle, la mentalité coloniale n'a pas disparu avec le temps mais au contraire, constitue les racines de l'islamophobie et détermine la politique du gouvernement français dans la période actuelle.

Le 30 mars, le Sénat français a adopté une loi séparatiste visant à imposer les valeurs républicaines et à fournir les outils nécessaires pour lutter contre l'extrémisme islamique, affirmant que « l'un des piliers de cette loi est la résistance à toutes les formes d'oppression et de violation de la dignité des femmes ». Le projet de loi est en attente d'un vote à l'Assemblée nationale française. Si elle est approuvée, les filles de 15 ans auront le droit d'avoir des relations sexuelles mais ne pourront porter l’hijab qu'après 18 ans !

3963375

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: