8:58 - May 09, 2021
Code de l'info: 3476614
Téhéran(IQNA)-Dans une analyse consacrée aux événements de ces derniers jours, en particulier l’incident de la nuit de vendredi à samedi aux alentours de la mosquée Al-Aqsa, le journal israélien Maariv a écrit que « ces jours sont similaires aux jours qui ont précédé le début de la guerre de Gaza en 2014 ».

L’article signé Lev Ram souligne que les récentes manifestations à Qods bénéficient d’un soutien religieux, nationaliste et politique. La profanation du sanctuaire en est le facteur religieux, la judaïsation le facteur nationaliste et l’annulation des élections le facteur politique de ces protestations.

D’autre part, le communiqué de Muhammad al-Deif, commandant des Brigades Izz al-Din al-Qassam, et la menace d’Israël, indiquent le lien entre Gaza et Cheikh Jarrah.

« Muhammad al-Deif a déjà géré plusieurs opérations et est bien conscient que les événements en Cisjordanie et à Qods aboutiront à un affrontement militaire à Gaza, et ces jours-ci ressemblent à ceux qui ont précédé la guerre de Gaza en 2014 », a ajouté Lev Ram.

Selon Maariv, Israël a utilisé à plusieurs reprises l’argent envoyé par le Qatar à Gaza pour calmer la situation, mais cette fois c’est différent et il y a plusieurs raisons à la situation instable prévalant en Cisjordanie.

L’article poursuit ensuite que le régime sioniste et l’Autorité autonome palestinienne ont plusieurs intérêts communs dans la prévention de l’escalade des tensions en Cisjordanie et à Qods, et que même malgré l’absence de liens politiques, les deux parties coopèrent ensemble pour affaiblir la capacité militaire du Hamas.

La ville de Qods et la mosquée Al-Aqsa ont été la scène de tensions et d’affrontements entre Palestiniens et militaires sionistes depuis le début du Ramadan.

Samedi matin, le Croissant-Rouge palestinien a annoncé que deux personnes avaient été tuées et 205 autres blessées lors d’une incursion des forces israéliennes contre des fidèles à la mosquée Al-Aqsa hier soir, et lors de la répression des manifestants dans le quartier de Cheikh Jarrah à Qods.

En effet, les analystes du régime sioniste estiment que le Mouvement de la Résistance islamique de la Palestine (Hamas) tente d’opter pour une nouvelle équation dans le processus de lutte contre Tel-Aviv.

Selon le site Web Arab 48, le journal Haaretz a écrit dans un rapport que sur fond de crise à Qods et d’agissements israéliens visant à s’emparer du quartier de Cheikh Jarrah et à expulser les Palestiniens, le Hamas s’efforce d’étendre sa sphère d’influence à la Cisjordanie.

Le journaliste de Haaretz, Amos Harel a souligné qu’après le tir des roquettes depuis Gaza, Israël a menacé de réagir vigoureusement, mais n’a en pratique ciblé que quelques points limités qui n’ont pas causé trop de dégâts au Hamas ; tout de suite après l’Égypte et le Qatar sont intervenus pour jouer la médiation.

« Les commandants de l’armée israélienne exhortent les responsables politiques à autoriser une opération militaire à grande échelle à Gaza, mais dans le cas récent, le ministre de la Défense Benny Gantz a empêché la recrudescence des tensions. Selon lui, le Hamas ne cherche pas un conflit militaire à Gaza », a indiqué Amos Harel.

De son côté, Shimrit Meir la journaliste du journal Yediot Aharonot a écrit dans un article que le Hamas sait que Qods est la seule question qui peut enflammer la communauté palestinienne, et que Qods est le lien le plus important entre Gaza et la Cisjordanie.

« Avant qu’il ne soit trop tard, il faudrait éliminer définitivement l’axe Gaza/Qods afin qu’il ne s’agrandisse pas et ne pose pas davantage de problèmes. Et il n’est pas surprenant que le Hamas puisse imposer ce qu’il appelle la “nouvelle équation” à Israël, et cela pourrait facilement enflammer la situation à Qods, et cette année sera très difficile », a-t-elle conclu.

presstv

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: