11:41 - May 17, 2021
Code de l'info: 3476722
Téhéran(IQNA)-La Turquie a eu des progrès dans le domaine de l’interprétation et de la traduction du Coran.

Le responsable de la section Coran et Etrat du ministère iranien de la Culture et de l'Orientation islamique, lors de la première exposition virtuelle coranique, a tenu une réunion virtuelle sur l'analyse des dernières œuvres coraniques en Turquie, en présence du professeur Ismail Chalishkan, Professeur de théologie à l'Université d'Ankara, du Dr Ali Sharifi de l'Université Allameh Tabatabai, et du Dr Davood Karim Lou.

Au début de la réunion, le Dr Ismail Chaleshkan, sur les commentaires et le processus d'interprétation du Coran en Turquie, a déclaré : « Au cours des cinquante dernières années, le commentaire du Coran en Turquie, a reçu beaucoup d'attention. En 1950, nous avions un besoin urgent d'une traduction du Coran.

Dans les années 1950, Maître Hassan Basri a fait une très bonne traduction du Coran, qui a été publié en 1953 et réimprimé en 1961 par l'Organisation turque des affaires religieuses. Le problème était que certaines personnes prétendaient que le Coran devait être lu et interprété en turc.

Ces personnes, bien que peu nombreuses, ont fait beaucoup de publicité et dans les années 50 et 60, leur nombre a augmenté. Dans les années 1970, des interprétations du Saint Coran à partir d'autres langues, ont été traduites en turc. Les désaccords se sont intensifiés après l'occupation soviétique de l'Afghanistan, la victoire de la révolution islamique en Iran, le coup d'État militaire en Turquie et la question palestinienne.

Ces problèmes ont changé le monde et influencé l'interprétation du Coran. J'ai personnellement vu dans les années 80, que les universités et le secteur privé faisaient des efforts pour interpréter le Coran. Pendant plus de deux décennies (dans les années 80 et 90), de nombreuses questions sur le rôle du Coran dans la vie des musulmans, ont été soulevées.

C'est dans les années 1980 que l'idée de revenir au Coran et à l'Islam coranique, a été introduite dans les universités et les instituts scientifiques. Certains disaient que le Coran suffisait et que nous n'avions pas besoin des hadiths du prophètes (as). Bien sûr, cette idée n'était pas nouvelle, elle était courante en Inde avant cela, et certains pensaient que la Turquie avait subi l’influence de l’Inde.

Dans les années 90, les spécialistes du commentaire ont accordé beaucoup d'attention à la science de l'interprétation du Coran et ont essayé de répondre à ces questions. De nombreux commentaires du Coran ont été publiés en arabe, en persan et même en anglais et en turc.

En 2000, les discussions scientifiques sur le commentaire du Coran, sont devenues le principal sujet des spécialistes du Coran en Turquie. Depuis 2010, les efforts pour traduire et interpréter le Coran, ont augmenté.

Cependant, malgré la croissance de la diffusion des commentaires et des traductions, certaines de ces traductions dont les auteurs ne connaissaient pas les sciences coraniques, sont pour la plupart, des œuvres d’un faible niveau. Des traductions exactes du Coran ont été publiées plus conformes au texte original du Coran, dont l'Organisation des Affaires Religieuses fait la promotion. Je pense qu'après 40 ans, nous avons des traductions turques du Coran qui sont acceptables ».

ترکیه در بحث تفاسیر و ترجمه قرآن حرکت روبه جلویی داشته است

Le Dr Ali Sharifi, faisant référence aux relations entre l'Iran et la Turquie, a déclaré : « Contrairement aux autres relations, les relations entre l'Iran et la Turquie dans le domaine coranique, sont très faibles au niveau académique et des commentaires ont été traduits en Iran.

En Turquie, après l'Empire ottoman et la formation de la Turquie, certains intellectuels, conscients de la nouvelle situation en Turquie, ont tenté de diffuser et de reconstruire la pensée religieuse dans ce pays. Un grand travail a été fait dans le domaine de la traduction coranique, et de nombreux commentaires coraniques comme le Tafsir al-Mizan ont été traduits en turc. Dans le domaine de la recherche coranique, bien que le pays ait été influencé par des personnes laïques et occidentalisées, des intellectuels turcs ont essayé de supprimer les mythes et les superstitions autour de l'islam et du Coran, et se sont même opposés aux partisans de l’occidentalisation.

En fait, un mouvement a commencé en Turquie pour un retour aux sources et à la spiritualité, et pour sortir le Coran de l'isolement. Les travaux du Dr Ali Shariati ont été traduits en turc et très bien accueillis. La Turquie cependant, a fait des progrès dans le domaine des interprétations et des traductions.

Les universités d’Ankara et Marmara ont de bonnes activités dans les départements coraniques. Il est nécessaire que les universitaire d'Iran et de Turquie aient plus de relations et coopèrent dans les divers domaines d'interprétation du Coran ».

3970351

 

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: