10:51 - June 21, 2021
Code de l'info: 3477097
Téhéran(IQNA)-Alors que les craintes sur l'avenir de l'économie britannique diminuent après le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne et l'accélération de la vaccination contre le Coronavirus, il semble que l'économie britannique revienne à des jours normaux et que la Fintech islamique ait de beaux jours devant elle.

L'objectif principal de la Fintech, secteur d'activité qui déploie la technologie pour améliorer les activités financières, est de donner au grand public, un meilleur accès aux services financiers. La croissance et l'expansion de la finance islamique au cours des dernières années, en plus d'ajouter de nouveaux concepts à l'économie mondiale, ont conduit à l'émergence de nouvelles branches dans le domaine de la finance islamique, grâce aux nouvelles technologies.

La croissance du financement islamique a par conséquent conduit à la croissance de la Fintech islamique. Le rapport « 2021 Global Islamic Fintech », publié en mars 2021, indique que le marché mondial de la Fintech islamique devrait atteindre les 128 milliards de dollars d'ici 2025, avec une hausse de 161% par rapport à 2020. Le rapport identifie les Émirats arabes unis, l'Indonésie et l'Arabie saoudite comme des pionniers de la Fintech islamique.

چشم اندازها و چالش‌های پیش‌روی فین‌تِک اسلامی در بریتانیا

Mais la croissance du financement islamique dans les pays non islamiques, a également été significative. Le Royaume-Uni, par exemple, est l'un des pays où des investissements importants ont été réalisés dans le domaine du financement islamique, compte tenu de la présence d'une importante minorité de musulmans. Le secteur Fintech au Royaume-Uni, a également été l'un des secteurs à la croissance la plus rapide en raison du nombre croissant de startups dans le pays. Au Royaume-Uni, une autorité financière (FCA) supervise les startups financières, notamment dans le domaine de la Fintech islamique. Cette autorité de tutelle a été créée en 2013 sous la tutelle du ministère des finances et du parlement anglais.

My Ahamed est l'une de ces start-ups à succès au Royaume-Uni. Il s’agit d’une plateforme de monnaie électronique approuvée par la FCA en juillet 2020. Le même mois, la plate-forme de prêt islamique (Qardus) a lancé ses services au Royaume-Uni. La plateforme de trading Minted a également été lancée en tant que banque numérique en 2021. Nia Islamic Banking est une autre startup active dans le domaine de la Fintech islamique au Royaume-Uni.

چشم اندازها و چالش‌های پیش‌روی فین‌تِک اسلامی در بریتانیا

Cependant, le domaine de la Fintech islamique au Royaume-Uni, est confronté à des défis qui pourraient affecter la croissance de ce marché. La propagation du corona, comme dans de nombreux autres pays dans le monde, a posé des défis à l'économie britannique, notamment dans le domaine de la Fintech islamique. Cependant, la croissance des services en ligne pendant le confinement et le début de la vaccination au Royaume-Uni, ont dans une certaine mesure, annoncé des progrès possibles aux spécialistes islamiques de la Fintech.

Le retrait de la Grande-Bretagne de l'Union européenne et ses conséquences ont également affecté l'économie britannique. Le retrait du Royaume-Uni signifie que les opérateurs Fintech auront plus de mal à accéder aux marchés européens. Ces entreprises devront attirer des clients et concurrencer les entreprises des pays européens.

Ibrahim Khan, directeur d'IslamicFinanceGuru.com, affirme qu'il est toujours difficile de vendre des services de financement islamique, même aux clients musulmans.

"La charia est complexe et le financement islamique n'est pas toujours rentable. Par exemple, les hypothèques basées sur la loi islamique, ont souvent des taux plus élevés que les autres prêts, et nécessitent un acompte de 20% pour les obtenir. En conséquence, près de la moitié des musulmans britanniques utilisent d'autres banques. D'autre part, dans le domaine de la Fintech, les fournisseurs de services islamiques doivent rivaliser avec des concurrents plus anciens et plus expérimentés. Les Fintech islamiques doivent également concurrencer une vague de nouvelles banques telles que Bunq (banque néerlandaise) qui sont laïques mais basées sur des normes éthiques similaires à la loi islamique", a-t-il déclaré.

3977649

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: