6:54 - February 26, 2022
Code de l'info: 3479897
Téhéran(IQNA)-L’avocate française Sarah Asmetta porte un hijab au travail, mais son barreau local lui a interdit de représenter des clients dans la salle d’audience.

Il se bat pour renverser cette règle.

Mercredi prochain, la Haute Cour française doit statuer sur l’affaire Asmetta, créant un précédent national et un point clé dans le débat sur l’identité du hijab – un casque porté par certaines femmes musulmanes – qui résonne dans un pays. Immigration.

Asmetta, 30 ans, a déclaré à Reuters : « Dans mon pays, je n’accepte pas l’idée que je doive me déshabiller pour poursuivre une carrière compétente.

Asmeda, originaire de France-Syrie, a été la première personne de sa famille à obtenir un diplôme en droit. Il a été la première personne à porter le hijab dans sa faculté de droit IXAD à Lille, dans le nord du pays.

En 2019, alors qu’il était sur le point de prêter serment en tant qu’avocat de formation, il n’y avait aucune loi spécifique interdisant de porter le hijab.

Mais quelques mois après sa prestation de serment, le Lily Bar Council a adopté une loi interne lui interdisant de porter la robe avec tout signe de conviction politique, philosophique ou religieuse devant le tribunal.

Asmeda a contesté cet objectif et cette discrimination.

Il a perdu l’affaire devant la Cour d’appel en 2020 et a renvoyé l’affaire devant la Cour suprême de cassation. Le procureur général Patrick Boerred a déclaré au tribunal la semaine dernière que la décision du 2 mars jetterait les bases des conseils du barreau à travers le pays.

La « loyauté » française (laïcité) – Bien que les symboles et vêtements religieux soient interdits aux fonctionnaires en raison de leur politique de séparation de la religion et de l’État, cela ne s’applique pas aux professionnels indépendants tels que les avocats.

Mais au-delà de ces détails juridiques, le hijab porte un poids symbolique et a été un thème récurrent dans les débats français sur les valeurs républicaines et la soi-disant identité nationale.

En France, les musulmans représentent environ 6% de la population, et selon le laboratoire de Lacitte, beaucoup d’entre eux sont originaires d’Afrique, du Moyen-Orient ou d’autres pays colonisés par la France.

Ces dernières années, alors que la politique s’est tournée vers la droite, les législateurs et hommes politiques français ont cherché à étendre les restrictions sur le port du hijab, par exemple, pour couvrir les mères et les footballeurs qui accompagnent leurs enfants lors de voyages scolaires.

À l’approche de l’élection présidentielle d’avril, les candidats se concentrent sur les questions d’identité, y compris le hijab, bien que le cas d’Asmetta ne soit pas mentionné.

Marine Le Pen du Rassemblement national d’extrême droite a déclaré qu’elle interdirait complètement les vêtements de l’espace public. La candidate de droite Les Républicains Valérie Pécresse, faisant référence au symbole républicain, a déclaré dans un discours de campagne : « Marianne n’est pas une femme voilée ».

Actuellement en France, la majorité des barreaux, dont le plus grand barreau de Paris, ont des règles internes qui ne permettent pas les identités religieuses telles que le hijab.

Sur les barreaux qui représentent 75% des pratiquants, 56% ont interdiction de porter des symboles religieux avec une toge, selon une enquête réalisée par Poirret pour l’affaire.

« Il y a une discrimination précise et indirecte au sein de cette barrière générale [of Muslim women]L’avocate d’Asmetta, Claire Waquet, a déclaré au tribunal mardi.

Jean-Philippe Duhamel, avocat au Barreau de Lily, a rejeté l’idée que l’interdiction des marqueurs religieux et politiques entraînerait une discrimination à l’égard des femmes musulmanes.

« Si vous voulez jouer au football, mais que vous voulez passer le ballon avec vos mains, faites-vous de la discrimination parce que nous disons que vous ne pouvez pas jouer? » Il a déclaré à Reuters.

Il a déclaré que le port de symboles religieux prive l’avocat de sa liberté et de son égalité dans sa profession.

Aucun problème
Malgré son expérience, ses bonnes notes et ses compétences linguistiques, Asmeda a déclaré qu’il lui était plus difficile de trouver un emploi que ses pairs, ce qui l’a parfois amenée à se former auprès d’avocats d’origine musulmane.

Une étude récente a révélé que les demandes par courrier électronique adressées aux facultés de droit représentaient moins d’un tiers des chances de recevoir une réponse d’une personne portant un nom nord-africain, contre 12,3% de chances en moins pour les établissements d’enseignement supérieur en général.

Clara Gandin, l’avocate d’Asmetta, a déclaré que l’argument en faveur de l’interdiction du hijab devant les tribunaux au nom de l’égalité et de la mondialisation était conforme à la tradition historique et philosophique de la France.

« [That] Pour être égaux, nous devons éliminer tous les signes que nous sommes différents », a-t-il déclaré.

En Grande-Bretagne, qui a une approche plus multiculturelle de l’immigration par rapport à la politique de plus grande intégration de la France, les avocats peuvent plaider la cause des clients lorsqu’ils portent le hijab, avec le chemisier, pas besoin de porter la perruque traditionnelle.

Après avoir suivi une formation à la Cour pénale internationale de La Haye et travaillé comme assistante juridique à Bruxelles, Asmetta envisage de repartir à l’étranger en dernier recours.

« J’étais tellement heureux là-bas, j’ai pu travailler, les gens me voyaient comme une personne talentueuse et n’aimaient pas les problèmes », a-t-il déclaré.

breageeknews

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: