9:38 - May 28, 2022
Code de l'info: 3480824
Téhéran(IQNA)-Il a beau s’être forgé une carapace au fil du temps et de ses amères désillusions, sur et en dehors de la glace, les flèches empoisonnées de l’islamophobie, quand elles sont décochées avec une rage à son paroxysme, atteignent en plein coeur Nazem Kadri.

Sous son armure de hockeyeur professionnel talentueux bat le coeur d’un Américain musulman qui, pour être très attaché à ses racines libanaises, n’en est pas moins d’une grande loyauté envers sa terre d’adoption. D’un mari et père aimant qui fait la fierté de sa famille, dont le nom est scandé par une foule en liesse à chaque but qu’il marque. 

Bien qu’ayant déjà été la cible du racisme ordinaire mortifiant, l’attaquant vedette de l’Avalanche du Colorado ne s’attendait pas à voir déferler sur lui, en plein match, une avalanche d’insultes ordurières. Une avalanche d’une extrême violence qui, samedi soir dernier, à Denver, a tout englouti sur son passage, notamment les nobles valeurs du sport.



Une simple et malencontreuse collision, en pleine action, avec le gardien de l’équipe adverse, les St. Louis Blues, aura suffi à déclencher la haine inextinguible de supporters indignes. Des ultras, fanatisés à l’extrême, dont ce banal incident de match aura fait jaillir l’islamophobie furieuse, telle une coulée de lave en fusion… 

« J’espère que tu tomberas d’une falaise espèce de connard, tu n’aurais jamais dû venir en Amérique, putain d’immigrant », « Espèce d’arabe idiot », « Où était Nazem Kadri le matin du 11 septembre 2001 ? », « Je vais surveiller tous tes faits et gestes, surveille tes arrières ». Terrifiée et à bout de nerfs, l’épouse de Nazem Kadri a tenu à partager ce florilège d’insultes et de menaces ignobles qui ont mis Twitter en ébullition.

« La femme de Nazem Kadri partage ce que leur famille a enduré ces dernières 48 heures. Ces attaques racistes sont écœurantes », s’est désolé Mike Stephens, rédacteur pour Hockey News, tandis que Ibrahim Hooper, le directeur national du CAIR, l’organisation phare de défense des droits civils des musulmans américains, condamnait vigoureusement l’odieux harcèlement islamophobe à l’encontre d’un sportif de haut niveau.

« Les épouvantables attaques rhétoriques racistes et islamophobes dont M. Kadri a été victime démontrent la gravité de la menace posée par le sectarisme et le racisme anti-musulmans », s’est-il indigné, ajoutant : « Nous exhortons la Ligue nationale de hockey à dénoncer publiquement le harcèlement et les menaces visant M. Kadri.» 



Si samedi soir dernier, sur la patinoire où il excelle, la carapace de Nazem Kadri a été transpercée de part en part, trois jours plus tard, alors que certains gazouillis étaient de plus en plus à vomir, les marques de soutien envers le hockeyeur musulman du Colorado ont commencé à fleurir dans les tribunes et à se répandre sur… Twitter.

Savoir que le public l’acclame, et fait bloc derrière lui, constitue assurément un baume prodigieux capable de cicatriser bien des bleus à l’âme. 

Mais pour que ce baume opère vraiment sur Nazem Kadri, encore faudrait-il que le flot d’injures et de menaces ignominieuses qui, des jours durant, s’est déversé sur Twitter, se tarisse une fois pour toutes. Ce qui, malheureusement, est loin d’être le cas, près d’une semaine après un match de triste mémoire.

oumma

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: