Inde : interdiction du hijab dans l’éducation et la fin des rêves des filles musulmanes

8:07 - June 25, 2022
Code de l'info: 3481131
Téhéran(IQNA)-L'interdiction du port du hijab dans les établissements d'enseignement de la province indienne du Karnataka a contraint de nombreuses jeunes filles musulmanes à abandonner leurs rêves.

Pendant de nombreux mois, Afiya, 18 ans, de la province du Karnataka, dans le sud de l'Inde, étudiait jour et nuit pour se présenter à l'examen de 12e année, puis au concours pour demander son admission dans une faculté de médecine.
 
Mais elle n'a pas pu se présenter aux examens, car l'école ne lui a pas permis d'entrer dans la salle d'examen avec le hijab ou le foulard.
 
Après que la Haute Cour du Karnataka, le 15 mars, ait confirmé l'interdiction imposée par les établissements d'enseignement de porter le foulard à l'intérieur des locaux, de nombreuses élèves musulmanes ont soit choisi de ne pas participer aux examens, soit trouvé d'autres moyens de poursuivre leurs études.
 
Le tribunal a jugé que "le port du hijab par les femmes musulmanes ne fait pas partie de la pratique religieuse essentielle de la foi islamique".
 
"Je me sens mal à propos de mes études. Je n'avais pas le droit de passer l'examen, avec un hijab... Je ne pourrai même pas passer le NEET (National Eligibility cum Entry Test) pour l'admission à la faculté de médecine", dit Afiya.
 
Elle cherche maintenant à être admise dans une autre école, où elle est autorisée à porter le hijab.
 
"Je ne sais que faire pour mon avenir. J'ai l'impression que mes rêves se brisent chaque jour", a déclaré Afiya, ajoutant qu'elle avait cessé d'aller à l'école en février de cette année.
 
Comme Afiya, les rêves de nombreuses filles musulmanes se sont effondrés, à qui on avait laissé le choix entre leur identité, leur liberté, leur tenue vestimentaire et leur éducation.
 
Le problème a commencé en janvier lorsque des étudiantes musulmanes se sont vu interdire d'entrer dans leurs salles de classe dans un collège gouvernemental du district d'Udupi au Karnataka pour avoir porté le hijab. Par la suite, d'autres institutions ont également suivi le diktat.
 
Les étudiants placent désormais leurs espoirs dans la Cour suprême qui entend l'affaire.
 
"Nous portons le hijab depuis l'enfance et pas récemment. Ils devraient nous permettre de passer des examens en hijab. Auparavant, ils n'avaient aucun problème, mais ils ont été interdits après l'ordonnance du tribunal", a déclaré Hiba Sheikh, une autre élève qui n'est pas non plus au collège depuis mars.

4066274

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* :