Croissance de la finance islamique en Afrique subsaharienne

10:17 - November 30, 2022
Code de l'info: 3482841
Téhéran(IQNA)-Les banques islamiques et les sukuk représentent 60% des actifs de la finance islamique dans la région.  Mais les actifs sous gestion des fonds d’investissement « charia-compatible » progressent rapidement, notamment en Afrique du Sud.

Les actifs de la finance islamique ont atteint 10 milliards de dollars en Afrique subsaharienne en 2021 contre 8 milliards de dollars en 2020, selon un rapport publié le 28 novembre par la Société islamique pour le développement du secteur privé (ICD) et Refinitiv, un fournisseur américano-britannique de données et d'infrastructures sur les marchés financiers.

Le rapport révèle que les banques islamiques opérant au sud du Sahara disposent de 3 milliards de dollars d’actifs, soit 30% du total des actifs de la finance conforme aux préceptes de l'Islam dans la région.

Les sukuk (obligations islamiques) absorbent aussi 30% des actifs contre 2 milliards pour les fonds d’investissement « charia-compatible ».  Le reste est réparti entre les compagnies d’assurances takaful et d’autres catégories d’institutions financières islamiques comme les sociétés spécialisées dans la microfinance, les compagnies de leasing, les fintech et les sociétés de courtage.  

Bien que les actifs de la finance islamique en Afrique subsaharienne demeurent très modestes comparativement à d’autres régions du monde, plusieurs pays africains figurent dans la liste des pays où la finance islamique enregistre la croissance la plus rapide.

Le Nigeria figure dans le Top 5 des pays où les actifs de la finance islamique ont enregistré les plus fortes progressions en 2021. Ce pays d’Afrique de l’Ouest où 53% de la population est de confession musulmane a enregistré une hausse de 101% des actifs de cette finance fondée sur les principes de la loi islamique, grâce notamment à la forte augmentation du nombre des sukuk souverains (obligations islamiques émises par l’Etat) et coporate (obligations islamiques émises par des entreprises).  

iop

Les banques « halal » représentent 70% des actifs
Le rapport révèle également que le Burkina Faso et l’Ethiopie occupent respectivement le 3è et le 4è rangs dans le classement des pays où les actifs des banques islamiques ont fortement progressé durant l’écoulée (+27% et + 26% respectivement).

L’Afrique du Sud occupe, quant à elle, la 7è position à l’échelle mondiale en termes de nombre de fonds d’investissement islamiques (101 fonds) et le 9è rang en termes d’actifs sous gestion par les véhicules d’investissement (environ 2 milliards de dollars).

Le rapport souligne d’autre part que les actifs de la finance islamique à l’échelle mondiale ont atteint 3958 milliards de dollars en 2021, en hausse de 17% par rapport à 2020. Ces actifs, qui ont presque doublé depuis 2015, devraient continuer à croître durant les années à venir pour s’établir à 5900 milliards de dollars en 2026.

L’Iran arrive en tête du classement des pays où les actifs de la finance islamique étaient les plus élevés durant l’année écoulée (1235 milliards de dollars), devant l’Arabie saoudite (896 milliards), la Malaisie (650 milliards), les Emirats arabes unis (252 milliards) et le Qatar (186 milliards).

La répartition des actifs de la finance islamique par région révèle que les pays membres du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Oman, Koweït, Bahreïn, Émirats arabes unis et Qatar) accaparent plus de 40% de ces actifs ( 1617 milliards), devant  les autres pays de la région Moyen-Orient & Afrique du Nord (1300 milliards), l’Asie du Sud-Est (803 milliards), l’Europe (113 milliards), l'Asie du Sud (107 milliards), l’Afrique subsaharienne (10 milliards) et les Amériques (8 milliards).

La répartition des actifs de la finance islamique à l’échelle mondiale par branche d’activité fait par ailleurs ressortir que 566 banques « halal » accaparent 70% du total de ces actifs (2765 milliards).

Les sukuk arrivent en deuxième position avec une part de 18% du total des actifs (713 milliards de dollars), devant les fonds islamiques (238 milliards), les autres institutions financières islamiques comme les établissements de microfinance et les sociétés de leasing (169 milliards) et les compagnies d’assurances takaful (73 milliards).

Agence Ecofin

Prénom:
Email:
* Commentaire:
captcha