10:02 - February 04, 2020
Code de l'info: 3471893
Les ministres du gouvernement du Québec dénoncent un déluge de commentaires haineux publiés sur la page Facebook du premier ministre après avoir publié un message en soutien à la communauté musulmane de la province.
Le premier ministre François Legault a assisté mercredi à une cérémonie  lors du  troisième anniversaire de la fusillade à la mosquée de Québec qui a fait six morts.
 
Plus tard dans la soirée, un message a été publié sur la page Facebook officielle de Francois Legault indiquant que le Québec n’est pas à l’abri de la haine, mais que sa population est solidaire des musulmans de la province.
 
Une inondation de messages haineux sur sa page Facebook
Depuis lors, la page du premier ministre a été inondée de commentaires haineux visant la communauté musulmane.
 
Le ministre des Transports François Bonnardel, le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon et la ministre des Relations internationales Nadine Girault ont tous condamné les propos vendredi lors de la retraite du caucus de leur parti au nord de Montréal.
 
Francois Bonnardel dit que certaines personnes dans la province doivent être mieux éduquées.
 
« Il y a une pédagogie à avoir », a-t-il déclaré aux journalistes de St-Sauveur, au Québec. « Il y a un problème avec certaines personnes qui osent penser cela, qui osent écrire ça. »
 
M. Fitzgibbon a déclaré que les Québécois « doivent accepter la diversité ».
 
Legault a envoyé une déclaration écrite à La Presse de Montréal, déclarant que «la haine et l’intolérance n’ont pas leur place au Québec».
 
En novembre, Francois Legault a cité des commentaires positifs sur sa page Facebook pour justifier les réformes controversées de son gouvernement en matière d’immigration, mais dans sa déclaration à La Presse, il a noté que « le meilleur et le pire de la nature humaine » sont affichés sur les réseaux sociaux.
 
« Il existe une petite minorité de personnes qui utilisent systématiquement les médias sociaux comme un mégaphone pour propager leur haine », a-t-il déclaré. «Il faut les dénoncer. Ils ne représentent pas le Québec.»
 
Le personnel du premier ministre a travaillé pour supprimer les posts offensants, mais à partir de vendredi matin, de nouveaux posts apparaissaient toujours.
 
Environ 300 personnes, dont des politiciens, des survivants et des militants du contrôle des armes à feu, se sont réunis mercredi dans une église de Québec pour se souvenir des victimes de la fusillade de 2017.
 
Le tireur a plaidé coupable aux meurtres et l’année dernière a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle pendant 40 ans.
alnas
Prénom:
Email:
* Commentaire: