11:21 - March 18, 2020
Code de l'info: 3472315
Téhéran(IQNA)-Malgré les directives du secrétaire général du Hezbollah, Seyed Hassan Nasrallah, sur la nécessité de respecter les décisions gouvernementales dans la lutte contre le Corona, certains à l’aide de fausses informations, ont tenté d’accuser le Hezbollah d'être un frein à la lutte contre le virus.

Selon aljoumhouria, en politisant l’épidémie de Corona, les ennemis du Hezbollah, directement ou indirectement, s'en prennent à lui et affirment que le mouvement a profité de son influence pour empêcher le gouvernement de prendre les mesures nécessaires au bon moment !
 
Certains reprochent également au Hezbollah d'avoir retardé la suspension des vols iraniens, d'avoir violé la quarantaine obligatoire et reporté l'état d'urgence au Liban alors que dès le début de la crise, Seyed Hassan Nasrallah a qualifié le Corona de nouveau défi et de danger imminent.
 
Selon des sources bien informées, le Hezbollah est fermement intervenu pour suspendre la visite de ses membres et dirigeants en Iran, et a même mis en place une salle de quarantaine obligatoire à Damas, pour ses étudiants venus de la République islamique d'Iran. Il a aussi exigé la fermeture des universités et des écoles, ne s’est pas opposé à la déclaration de l'état d'urgence et a remis ces décisions au gouvernement.
 
Le Hezbollah a également exigé qu'un groupe d'experts surveille les personnes venues d'Iran pour s'assurer qu'elles étaient en quarantaine, ce qui confirme le fait que le transfert du Corona aux citoyens libanais, par les voyageurs venus d’Iran, était inférieur au taux de transmission du virus par les voyageurs venus d'autres pays.
 
Ce qui a surpris les dirigeants du Hezbollah, c'est que lors d'une récente réunion de la Commission parlementaire libanaise de la santé présidée par Samir Ja'ja (chef du Parti des Forces libanaises), les critiques faites au ministre de la Santé, Hamad Hassan, était acceptables et mesurées, alors que lors de sa conférence de presse, Ja’ja a parlé très durement, évoquant la possibilité que le Premier ministre et le ministre de la Santé soient jugés à moins qu’ils ne changent de politique dans leur lutte contre le virus.
 
Alors que certains considèrent Hamad Hassan comme le porte-parole officiel du Hezbollah et membre de cette organisation, il a répété à plusieurs reprises qu'il n'avait aucun lien avec le Hezbollah et n'était qu'un de ses partisans.
 
Des sources proches du Hezbollah pensent que le discours de Nasrallah a montré qu'il soutenait la stratégie du gouvernement contre l’épidémie de Corona, et qu’il lui apporterait tout son soutien. 
Prénom:
Email:
* Commentaire: