8:29 - July 16, 2020
Code de l'info: 3473484
Téhéran(IQNA)-Tout au long du printemps 2015, les imams ouïghours ont participé à l’une des campagnes sociales les plus bizarres de la Chine : des séances de danse publiques sur Internet ont été organisées sur « Little Apple » afin de lutter contre l’extrémisme religieux avant qu’ils ne soient mis dans des camps de concentration pour un endoctrinement agressif.
Dans le district à majorité musulmane du Xinjiang, l’État chinois a contraint des imams ouïghours à danser dans la rue en brandissant des banderoles indiquant «nos revenus proviennent du CKP et non d’Allah», selon le World Bulletin.
 
Les imams ouïghours devaient également prêter serment de ne pas enseigner la religion aux enfants au motif que la prière «est malsaine et nuisible à l’âme». Les enseignants du district ont été contraints de prêter le même serment, jurant également d’enseigner à leurs élèves à rester à l’écart des mosquées.
 
En plus des banderoles, les imams ont également été invités à scander des déclarations exaltant l’État telles que «la paix du pays donne la paix à l’âme».
 
Cette dernière indignité survient après plus d’une demi-décennie d’oppression par l’État chinois dans la région du Xinjiang, connue par les militants sous le nom de Turkestan oriental, qui est autonome depuis 1955 et abrite des musulmans ouïghours, une minorité turcophone. Récemment, la Chine a intensifié sa répression religieuse dans la région, des groupes de défense des droits de l’homme affirmant que la Chine utilise l’anti-terrorisme comme excuse.
 
La Chine est allée jusqu’à interdire les pratiques religieuses et les icônes, y compris les vêtements, dans les édifices gouvernementaux et à interdire aux femmes en hijab et en burqa d’utiliser les transports en commun, ainsi que de rendre illégal pour les étudiants et les responsables gouvernementaux l’observation du Ramadan.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: