13:32 - August 12, 2020
Code de l'info: 3473787
Téhéran(IQNA)-”La communauté internationale craint l’adhésion du Liban à l’Axe de l’Est”, a déclaré un expert politique libanais.
Hakam Amhez, expert sur l'Iran et l'Asie occidentale, a déclaré : « La récente explosion à Beyrouth, a changé toutes les équations politiques et économiques du Liban et a conduit la communauté internationale et la France, à agir comme « une nourrice plus gentille qu'une mère ». La communauté internationale s’est portée volontaire pour aider et intervenir, craignant que le Liban rejoigne l'Axe de l'Est (l'Axe de la Résistance, la Russie et la Chine) et refuse de se ranger du côté des Européens et des Américains ». 
 
Après cette explosion, des manifestants encouragés par les médias nationaux et les médias sionistes occidentaux, et certains pays de la région et leurs agents, ont attaqué les bâtiments du Parlement libanais, du ministère des Affaires étrangères, de l'Économie, de l'Environnement et du Commerce, et se sont affrontés à l'armée et aux forces de sécurité libanaises.
 
« Toutes les hypothèses possibles sont actuellement à l'étude au Liban, mais certaines spéculations se sont renforcées, et comme les responsables libanais l'ont souligné dans les médias, de grandes quantités d'ammoniac ont été récupérées dans la zone de l'explosion. Il ne fait aucun doute qu'il y a des gens derrière cette catastrophe qui n’est pas accidentelle. 
 
Certains médias libanais ont même déclaré que le régime sioniste était impliqué dans l'incident et avait utilisé de nouvelles armes pour effectuer ce crime. Le manque d'indices précis sur les causes de cet accident a rendu impossible la présentation définitive de la cause de cette explosion. 
 
Nous devons attendre les résultats du comité d'enquête formé par le gouvernement libanais qui a accordé au comité cinq jours pour annoncer les résultats définitifs. Sans aucun doute, la crise économique libanaise est due à des différends purement politiques, et les sanctions que les États-Unis ont imposées et intensifiées contre le Hezbollah et certaines personnalités politiques, ont intimidé les institutions monétaires affiliées au gouvernement et créé la sédition et la discorde entre elles.  
 
Nous savons tous que la conférence pour l’aide au Liban organisée par la France, n'avait rien de charitable et que les pays occidentaux ont proposé une aide internationale uniquement pour garantir leurs intérêts au Liban. Le président français tente également de créer une nouvelle alliance politique avec le Liban à travers une aide financière et de soumettre ses responsables à l'Occident. 
 
 Les deux axes, ouest et est, sont divisés et les Occidentaux ne reconnaissent pas le gouvernement actuel du Premier ministre, Hassan Diab, qu’ils considèrent comme un gouvernement affilié au Hezbollah. La France n'a pratiquement aucune influence en Asie de l'Ouest et le Liban est la seule base qui puisse être un bastion de la présence française dans la région. Malheureusement, les personnes qui ont rencontré Macron ne se sont pas opposées à l'ingérence française dans les affaires intérieures du Liban, alors que les autorités libanaises ne devraient pas accepter ce genre d'interventions. 
 
Si le président ou le ministre des Affaires étrangères iranien était venu au Liban et avait fait les déclarations de Macron, tous les pays et les médias occidentaux se seraient indignés et écriés que la République islamique d’Iran « s’ingérait dans les affaires intérieures du Liban ». 
 
Le Hezbollah a été pris pour cible par les médias mais les déclarations officielles des autorités libanaises contredisent ces affirmations et prouvent qu'il n'y avait pas de stocks d'armes, et que l'explosion dans le port de Beyrouth, n'a pas été causée par des armes. Nous savons tous qu'il y a une guerre médiatique et politique féroce menée par les Saoudiens et les occupants sionistes contre le Hezbollah. 
 
Malheureusement, certains responsables du gouvernement libanais soutiennent l'axe occidental allié aux Saoudiens et aux sionistes. Au lieu de considérer l'attentat de Beyrouth d'un point de vue humanitaire, les pays occidentaux ont seulement essayé d’assurer leurs intérêts au Liban et ont monté le peuple libanais contre le Front de résistance. 
 
Certains mercenaires sont alors descendus dans la rue, immédiatement après l'explosion de Beyrouth, et ont lancé des slogans contre le Hezbollah qualifié de « terroriste » et contre la République islamique d’Iran accusée « d’ingérences » alors que le Hezbollah a mobilisé tous ses efforts pour aider le peuple libanais après l'explosion de Beyrouth, et que la République islamique d'Iran a été un des premiers pays à venir en aide au Liban. 
ااااااا
L'industrie électrique libanaise, par exemple, souffre de pannes de courant depuis des décennies, et lorsque la République islamique d'Iran et la Chine ont proposé de fournir de l'électricité 24 heures sur 24 pour résoudre la crise (qui dans certaines régions atteint 19 heures par jour), les pro-occidentaux ont protesté. Les alliés des pays occidentaux au Liban, politisent tout, compliquent les affaires du pays et violent les droits économiques, politiques et sociaux du peuple libanais afin de protéger les intérêts de l'Occident. 
 
Malheureusement, certains Libanais n'apprécient pas le Hezbollah et les forces de la résistance qui ont apporté au Liban la sécurité, la stabilité et l'économie, et ont préservé ses richesses pétrolières. Récemment, les ressources pétrolières découvertes dans les eaux libanaises, ont éveillé l'avidité du régime sioniste usurpateur. Leur seul obstacle a été le Hezbollah qui est le gardien de la richesse nationale du Liban, tandis que les groupes pro-occidentaux veulent que le Hezbollah soit désarmé afin de mieux protéger les intérêts occidentaux et violer les droits du peuple libanais.  
 
En fait, les assaillants qui ont attaqué les ministères après avoir reçu le feu vert, prévoyaient d'éliminer les documents de corruption et malheureusement, les forces armées n'étaient pas présentes dans les rues pour assurer la sécurité et empêcher la destruction de documents dans ces ministères.  
 
D'autre part, les forces de sécurité ont déclaré avoir arrêté une vingtaine de suspects dans l'attaque contre les ministères, dont 17 avaient un casier judiciaire et consommaient de la drogue.  Par conséquent, la question des attaques contre les ministères est une question ambiguë qui nécessite une enquête approfondie. Aujourd'hui, à l'ère des technologies de l'information, les documents ne sont jamais complètement détruits et sont stockés dans les services informatiques avec plus de précision. Les autorités doivent être très prudentes et empêcher tout abus de la part des mercenaires », a déclaré Amhez. 
Tags: Occident ، Liban ، explosion ، ، ،
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: